5 391.89 PTS
+0.57 %
5 390.50
+0.55 %
SBF 120 PTS
4 306.01
+0.54 %
DAX PTS
13 067.31
+0.56 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.00 %
6 122.61
+0.00 %
Nikkei PTS
21 363.05
+0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Corée du Sud: 12 ans de prison requis contre l'héritier de Samsung

| AFP | 195 | Aucun vote sur cette news
Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, escorté par des gardes, se rend au tribunal à Séoul, le 2 août 2017
Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, escorté par des gardes, se rend au tribunal à Séoul, le 2 août 2017 ( JUNG Yeon-Je / AFP/Archives )

Le parquet sud-coréen a requis lundi 12 ans de réclusion à l'encontre de l'héritier de l'empire Samsung dans le retentissant scandale de corruption qui a emporté l'ex-présidente Park Geun-Hye.

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics et fils du président du groupe Samsung, Lee Kun-Hee, est accusé d'avoir été "le bénéficiaire ultime" des délits commis à l'occasion de cette affaire.

Si les juges suivent les réquisitions du parquet, il s'agirait d'une des sentences les plus sévères jamais infligée à un patron de chaebol, ces vastes conglomérats qui dominent l'économie sud-coréenne.

M. Lee et quatre autres cadres dirigeants de Samsung, qui pèse un cinquième du PIB sud-coréen, sont accusés d'avoir soudoyé la confidente de l'ombre de l'ex-présidente à coup de millions de dollars en échange de faveurs politiques, en particulier l'aval des autorités à une fusion controversée.

"Les prévenus entretenaient des liens rapprochés avec le pouvoir et cherchaient à obtenir des bénéfices personnels", a dit le procureur.

M. Lee était le "bénéficiaire ultime" des délits commis lors de ce scandale, a-t-il martelé. Il est également poursuivi pour abus de biens sociaux et pour avoir caché des actifs à l'étranger.

Dix ans de réclusion ont été réclamés contre trois de ses co-prévenus et sept ans de prison contre le quatrième.

Depuis la crise cardiaque de son père en 2014, M. Lee, 49 ans, dirige de fait le mastodonte dont le navire amiral, Samsung Electronics, est le premier fabricant mondial de smartphones.

L'héritier avait fait valoir la semaine dernière, en prenant la parole pour se défendre pour la première fois à la barre, qu'il ne jouait aucun rôle dans les prises de décisions du groupe et qu'il "écoutait la plupart du temps les autres cadres".

- relations malsaines -

La fusion en cause concerne deux unités de Samsung, Cheil Industries et C&T, réalisée en 2015 après avoir reçu le feu vert de la caisse nationale de retraites, un important actionnaire de Samsung.

Elle était considérée comme une étape clé pour la transition en douceur au sommet du groupe Samsung.

Cette opération avait été dénoncée par certains actionnaires emmenés par le fonds spéculatif américain Elliott, qui estimaient que C&T avait été délibérément sous-évaluée.

Samsung, le chaebol qui a versé les plus grosses sommes à des fondations contrôlées par l'amie de Mme Park, est aussi soupçonné d'avoir versé des millions d'euros, sous couvert de financer en Allemagne les entraînements sportifs de cavaliers sud-coréens, parmi lesquels la fille de la confidente.

Les avocats de M. Lee, qui dément tout, arguent que l'accusation ne tient pas debout et que les prévenus n'ont jamais rien cherché à obtenir en retour des sommes versées.

Le jugement est attendu dans le courant du mois.

Mme Park a été formellement destituée de ses fonctions en mars. Au cœur du scandale, Choi Soon-Sil, son amie de 40 ans, accusée de s'être servie de son influence pour soutirer près de 70 millions de dollars à diverses entreprises et pour se mêler des affaires de l'Etat.

Mme Choi est elle-même en procès, ainsi que l'ancienne présidente.

Une éventuelle condamnation de M. Lee porterait un coup à la défense de Mme Park. Celle-ci est poursuivie pour 18 chefs, y compris coercition, abus de pouvoir et corruption. Elle est aussi accusée d'avoir permis à Mme Choi, qui n'avait aucune fonction officielle ni habilitation de sécurité, d'avoir eu son mot à dire dans les affaires du gouvernement.

Les accointances malsaines entre élites politique et économique ont été mises au jour par cette affaire. Les millions de Sud-Coréens qui étaient descendus dans la rue pour demander le départ de Mme Park réclamaient aussi l’arrestation des patrons de "chaebols".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 27/08/2017

L'héritier de Samsung, Lee Jae-Yong, quitte le tribunal de Séoul après sa condamnation le 25 août 2017 ( Chung Sung-Jun / POOL/AFP )La chute de l'héritier de l'empire Samsung condamné à…

Publié le 07/08/2017

Lee Jae-Yong, vice-président de Samsung Electronics, escorté par des gardes, se rend au tribunal à Séoul, le 2 août 2017 ( JUNG Yeon-Je / AFP/Archives )Le parquet sud-coréen a requis lundi…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2017

Progression de 5,5% des ventes en rythme annuel...

Publié le 18/10/2017

Carrefour Brésil, introduite en Bourse il y a quelques mois, a fait état d'une hausse de 5,5% de ses ventes au troisième trimestre, à 12,2 milliards de reais, quelques heures avant que sa…

Publié le 18/10/2017

JPMorgan Chase & Co a annoncé le rachat du système de paiement en ligne WePay, principalement destiné aux PME. Si la banque américaine n’a pas dévoilé le prix payé pour cette fintech, une…

Publié le 18/10/2017

La société évolue sur des sommets, tout près des 115 euros...

Publié le 18/10/2017

En Europe, l'engouement pour les investissements à faibles frais a compensé l'appréciation des marchés, analyse Moody's Investors Service dans une...

CONTENUS SPONSORISÉS