En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 565.46 PTS
-0.11 %
5 568.00
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 385.12
-0.13 %
DAX PTS
12 255.79
-0.69 %
Dowjones PTS
27 176.40
-0.16 %
7 872.81
-0.20 %
1.121
-0.12 %

Contenus haineux: les acteurs d'internet s'inquiètent pour la liberté d'expression

| AFP | 285 | 1 par 2 internautes
De nombreux acteurs de l'internet, qu'ils soient professionnels ou associatifs, accusent la proposition de loi contre les contenus haineux sur internet, qui sera examinée à partir de mercredi, de viser trop large et de menacer la liberté d'expression
De nombreux acteurs de l'internet, qu'ils soient professionnels ou associatifs, accusent la proposition de loi contre les contenus haineux sur internet, qui sera examinée à partir de mercredi, de viser trop large et de menacer la liberté d'expression ( SAEED KHAN / AFP/Archives )

De nombreux acteurs de l'internet, qu'ils soient professionnels ou associatifs, accusent la proposition de loi contre les contenus haineux sur internet, qui sera examinée à partir de mercredi, de viser trop large et de menacer la liberté d'expression.

La mesure phare de la proposition de loi déposée par la députée LREM (la République en marche) Laetitia Avia oblige les grands acteurs de l'internet à retirer dans les 24 heures les contenus "manifestement" haineux de leurs réseaux et plateforme.

Dans sa version initiale, le texte visait les contenus incitant à la haine en raison "de la race, de la religion, du sexe, de l'ethnie, de l'orientation sexuelle ou du handicap".

Pendant son examen en commission, il a été étendu, pour viser les contenus susceptibles de relever du harcèlement sexuel, de la traite des êtres humains, du proxénétisme, de la mise à disposition de mineur de contenus pornographiques ou violents.

Mais pour Salwa Toko, la présidente du Conseil national du numérique (instance consultative qui rassemble à la fois acteurs associatifs et professionnels de l'internet), le texte ne parvient pas à bien clarifier quels contenus les plateformes doivent accepter, et quels contenus elles doivent refuser.

La proposition de loi "ne donne pas une définition juridique et bien précise", souligne-t-elle.

Résultat, souligne-t-elle, il reviendra aux opérateurs de plateforme eux-même - Facebook, Twitter, Youtube et les autres...- de déterminer ce qui est censurable, de ce qui ne l'est pas.

"Nous regrettons que le pouvoir judiciaire ne soit pas plus mis en avant et ne soit pas plus renforcé", a-t-elle indiqué.

"On se demande s'il n'y a pas là un glissement de responsabilité étatique qui est en train de se mettre en place, au profit des acteurs économiques" que sont les grandes plateformes internet, a-t-elle ajouté.

Celles-ci sont restées pour l'instant silencieuses, trop inquiètes de sembler trop tièdes dans la lutte contre la prolifération des contenus haineux.

Mais elles ne veulent pas avoir à décider elles-même, et dans un délai très court, de ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas.

Un risque de "sur-modération"

"La justice a mis des années et des années à trancher sur certains propos de Christine Boutin ou d'Eric Zemmour, et nous on devrait le faire en 24 heures ?" s'interroge auprès de l'AFP un représentant d'une grande plateforme.

Trancher sera un choix difficile.

Ne pas supprimer un contenu haineux pourra leur valoir une amende (jusqu'à 1,25 million d'euros, en l'état actuel du texte), mais censurer à tort tel ou tel militant, acteur public ou simple internaute provoquera de rudes polémiques, voire même des poursuites.

Mais pour beaucoup d'acteurs, y compris associatifs, les opérateurs de plateformes seront en fait conduits à "sur-modérer", c'est-à-dire à censurer des contenus contestables "par précaution", simplement pour ne pas prendre le risque de se voir infliger l'amende.

"Je ne vois rien dans ce texte" pour prévenir ce risque de "sur-modération", malgré les promesses qui avaient été faites, maugrée auprès de l'AFP un autre représentant d'une grande plateforme.

La Quadrature du Net, association de défense des droits de l'internaute, dénonce aussi ce risque de sur-modération, qui risque d'être instrumentalisé par le pouvoir politique.

Pour l'association, les grandes plateformes comme Facebook et Twitter, occupées à trier les contenus de la "zone grise", choquants, contestables, mais pas forcément illégaux, censureront d'office tout contenu signalé par une autorité officielle, comme la police.

Les plateformes "n'auront d'autres choix que de réaliser un examen sommaire, ou un retrait quasi-automatique, des contenus signalés par leurs partenaires jugés les plus fiables" dont l'OCLCTIC, le service de la police spécialisé contre les infractions en ligne, estime la Quadrature du Net.

"En pratique, cela permettra au gouvernement d'usurper l'autorité judiciaire, qualifiant lui-même les +infractions+ contre lesquelles il prétend lutter et imposant cette qualification aux plateformes", avertit-elle.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2019

Remy Cointreau gagne du terrain (+1,5% à 130,6 euros) après sa publication trimestrielle...

Publié le 18/07/2019

Renault Logan et Renault Duster seront assemblés dans une usine existante de Coscharis à Lagos à partir d'octobre 2019

Publié le 18/07/2019

La Commission européenne a infligé à Qualcomm une amende de 242 millions d'euros pour abus de position dominante sur le marché des chipsets de bande de base 3G. Qualcomm vendait à des prix…

Publié le 18/07/2019

Trop ambitieux ?

Publié le 18/07/2019

Wallix, éditeur de logiciels de cybersécurité et spécialiste européen de la gestion et de la protection des accès à privilèges, annonce l’acquisition de la société Simarks, un éditeur…