En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.31 PTS
-
5 376.00
-
SBF 120 PTS
4 310.01
-
DAX PTS
12 695.16
-
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.73 %
Nikkei PTS
22 585.44
+0.13 %

Ces politiques qui ont fait le grand saut dans le privé

| AFP | 386 | Aucun vote sur cette news
François Fillon dans son état-major de campagne après l'annonce des résultats du Premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017
François Fillon dans son état-major de campagne après l'annonce des résultats du Premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017 ( CHRISTIAN HARTMANN / POOL/AFP/Archives )

De la politique à la finance...Après une carrière de plus de 40 ans dans les cercles politiques, François Fillon, va rejoindre la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital en tant qu'associé, mais il n'est pas le premier à effectuer un tel saut.

En 2007, le libéral Alain Madelin, ancien ministre et candidat malheureux à la présidentielle en 2002, renonçait à défendre son siège de député, préférant partir dans le secteur privé. En 2011, il a notamment co-fondé le fonds d'investissement Latour Capital.

Nicolas Sarkozy à Nice, le 14 juillet 2017
Nicolas Sarkozy à Nice, le 14 juillet 2017 ( Valery HACHE / AFP/Archives )

D'autres ex-ministres lui ont emboîté le pas en créant leur propre société comme Eric Besson, transfuge de gauche sous la présidence Sarkozy,- certes toujours élu local aujourd'hui.

A gauche de l'échiquier politique, chez les anciens ministres de François Hollande, il en a été de même pour Fleur Pellerin, entrée au conseil d'administration de la pépite française Devialet, après avoir lancé le fonds d'investissement Koryela Capital en septembre 2016.

Arnaud Montebourg, chantre du patriotisme économique, a lui monté en 2015 sa propre entreprise "Les équipes du Made in France", puis rejoint le comité stratégique de l'enseigne d'ameublement Habitat, avant de faire son retour sur le devant de la scène politique. Eliminé au premier tour de la primaire de la gauche en janvier et sans mandat politique, il est toutefois retourné dans le privé, aux manettes de son entreprise, et pour travailler à la création d'une société de production et d'exploitation de miel.

Dominique Strauss-Kahn à Marrakech, au Maroc, le 5 décembre 2016
Dominique Strauss-Kahn à Marrakech, au Maroc, le 5 décembre 2016 ( FADEL SENNA / AFP/Archives )

Cas à part, le socialiste Dominique Strauss-Kahn, ex-directeur général du FMI, dont la carrière politique a pris fin brusquement en 2011 avec l'accusation de tentative de viol dans l'affaire du Sofitel de New York. Devenu conseiller économique de plusieurs pays, il a parallèlement co-créé une société, LSK, mais celle-ci a fait faillite.

C'est le cas de Nicolas Sarkozy qui reste le plus notable, puisqu'il est à ce jour le seul ancien président de la Ve République à s'être reconverti dans le privé: après sa défaite à la primaire de la droite fin 2016, il a rejoint le conseil d'administration de la chaîne d'hôtels Accor.

L'actuel président Emmanuel Macron a quant à lui effectué le chemin inverse. Avant de prendre les rênes du ministère de l'Economie sous le quinquennat de François Hollande et de se lancer dans la course à la présidentielle, il a servi au sein de la fonction publique en tant qu'inspecteur des finances, puis a revêti le costume de banquier d'affaires chez Rothschild and Co.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

Au cumul de 5 mois à fin mai, le chiffre d'affaires global a progressé de +1.8% à périmètre comparable...

Publié le 20/06/2018

931,5 kE de bénéfices en 2017...

Publié le 20/06/2018

Retour d'Assemblée générale Frey...

Publié le 20/06/2018

"Nous souhaitions nous rapprocher d'un industriel partageant nos valeurs"...

Publié le 20/06/2018

Communiqué de presse - 20 juin 2018       La société Autolib' conteste vigoureusement les allégations contenues dans le communiqué du Syndicat…