En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Canada: les agences de renseignement divisées sur la 5G de Huawei (presse)

| AFP | 6114 | Aucun vote sur cette news
Le logo de Huawei est photographié à Zurich le 15 octobre 2019
Le logo de Huawei est photographié à Zurich le 15 octobre 2019 ( STEFAN WERMUTH / AFP )

Les agences de renseignement du Canada sont divisées sur une éventuelle interdiction du déploiement en sol canadien de la technologie de réseau 5G du géant chinois des télécoms Huawei, a rapporté mercredi le quotidien Globe and Mail.

Ces agences ont été chargées par le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau d'examiner les coûts et bénéfices d'une telle interdiction en matière de sécurité mais aussi pour les fournisseurs de services et les consommateurs canadiens.

"Bien que nous ne puissions pas faire de commentaires sur des entreprises spécifiques, un examen de la technologie 5G émergente et des considérations économiques et de sécurité associées est en cours", a confirmé à l'AFP un porte-parole du ministère de la Sécurité publique, précisant que "cet examen comprend l'examen attentif des conseils de nos alliés".

"Nous veillerons à la sécurité de nos réseaux et prendrons les décisions appropriées en temps utile", a poursuivi cette source.

Géant mondial des équipements télécoms, Huawei est soupçonné de poser un problème de sécurité nationale par plusieurs pays, dont les Etats-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande - partenaires du Canada au sein de l'alliance "Five Eyes" avec le Royaume-Uni -, qui ont exclu le géant chinois du déploiement de la 5G sur leur sol et tentent de convaincre leurs alliés occidentaux d'en faire autant.

Les Etats-Unis et l'Australie ont notamment prévenu que Huawei pourrait être contraint en vertu des lois chinoises d'aider Pékin à espionner ou saboter les réseaux occidentaux, ce que nie le groupe chinois.

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) sont partagés sur la question, selon le Globe and Mail, qui cite une source anonyme.

Le CST, équivalent canadien de l'agence de surveillance américaine NSA, soutiendrait une interdiction totale, tandis que le SCRS favoriserait un examen et un suivi minutieux des équipements déployés.

Une décision finale est attendue dans les prochains mois mais pourrait être retardée, les relations entre Ottawa et Pékin étant plongés dans une crise diplomatique sans précédent depuis près d'un an.

Le Canada a arrêté en décembre à Vancouver une haute dirigeante de Huawei, à la demande des autorités américaines, et Pékin détient depuis deux Canadiens, dont un ex-diplomate, dans ce qui s'apparente à des représailles.

Le Canada interdit déjà à Huawei de participer à des appels d'offres publics pour la fourniture d'équipements de réseaux essentiels, comme les routeurs.

Une interdiction totale, même sur des équipements périphériques, entraînerait des coûts supplémentaires de plusieurs millions de dollars pour les fournisseurs canadiens de services, selon ces derniers.

Deux des plus grands fournisseurs, Bell et Telus, souhaiteraient pouvoir employer les équipements de Huawei dans le déploiement de la future génération ultrarapide de l'internet mobile.

Le plus grand fournisseur, Rogers, compte de son côté utiliser la technologie 5G du suédois Ericsson.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...