5 515.89 PTS
+0.38 %
5 516.0
+0.38 %
SBF 120 PTS
4 412.23
+0.39 %
DAX PTS
13 410.94
+0.98 %
Dowjones PTS
26 017.81
+0.00 %
6 811.38
+0.00 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: soulagement en Europe après l'accord

| AFP | 238 | Aucun vote sur cette news
La Première ministre britannique Theresa May lors d'une conférence de presse, le 8 décembre 2017 à Bruxelles
La Première ministre britannique Theresa May lors d'une conférence de presse, le 8 décembre 2017 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

Les responsables politiques européens ont réagi avec soulagement vendredi à l'accord préliminaire sur les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

- L'Irlande satisfaite de l'absence de frontière

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a salué un "jour très important" dans les négociations du Brexit, ajoutant que l'accord constituait "la fin du début des négociations".

"Nous avons réalisé tout ce que nous avions prévu de réaliser au cours de la phase 1. Nous avons les assurances et les garanties dont nous avons besoin du Royaume-Uni", a déclaré le Premier ministre.

"Je suis convaincu que des progrès suffisants ont été réalisés sur les questions irlandaises. Les paramètres ont été fixés et ils sont bons", a-t-il dit, soulignant qu'il n'y aura "aucune infrastructure physique" à la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le 17 novembre 2017 à Göteborg, en Suède
Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le 17 novembre 2017 à Göteborg, en Suède ( Jonathan NACKSTRAND / AFP/Archives )

Le ministre des Affaires étrangères irlandais, Simon Coveney, s'était félicité plus tôt sur Twitter des "garanties" obtenues, en particulier que soit "pleinement protégé" l'Accord du Vendredi saint, accord de paix conclu en avril 1998 qui avait mis fin à 30 ans d'affrontements sanglants entre nationalistes et unionistes nord-irlandais.

- Le DUP "heureux"

"Nous sommes heureux de voir ces changements parce que pour moi, cela signifie qu'il n'y a pas de +ligne rouge+ dans la mer d'Irlande et nous avons la très claire confirmation que le Royaume-Uni quittera l'Union européenne, le marché unique, et l'union douanière, dans son ensemble", a déclaré la cheffe du parti unioniste nord-irlandais DUP Arlene Foster, allié au gouvernement de Theresa May.

"Il y a encore des choses que nous aurions aimé voir clarifiées, nous avons essentiellement manqué de temps, nous pensons que nous devions revenir en arrière et discuter de ces sujets mais la Première ministre a décidé d'aller à Bruxelles", a-t-elle ajouté.

Mme Foster avait auparavant affirmé que sa formation, qui avait fait capoter au dernier moment un projet d'accord lundi, n'approuverait jamais "une situation où l'Irlande du Nord serait différente du reste du Royaume-Uni".

- Donald Tusk: le plus difficile est à venir

Après l'accord historique conclu vendredi matin à Bruxelles entre la Commission européenne et le Royaume-Uni sur les termes du divorce, M. Tusk a prévenu: "Nous savons tous que se séparer est dur mais se séparer et construire une nouvelle relation est encore plus dur", a déclaré le président du Conseil de l'UE, instance qui représente les dirigeants des 28, le Polonais Donald Tusk.

- La France contente que le "bon sens" se soit imposé

"Le travail qui a été mené dans la négociation (...) a abouti progressivement au bon sens", a réagi le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

"Il n'y avait pas de la part des Européens de volonté d'exclusion de la Grande-Bretagne de toute discussion et de négociation. Par contre, nous souhaitions qu'il soit bien clairement défini les conditions du retrait pour qu'on puisse passer dans une autre phase, c'est ce qui va se passer maintenant je l'espère", a-t-il déclaré à la radio France Inter.

- Un "cadeau de Noël" pour le patronat britannique

"Les entreprises suivaient ces négociations de près et l'annonce d'aujourd'hui va les réjouir avant Noël. Ces +progrès suffisants+ étaient un cadeau attendus depuis des mois", s'est félicité Josh Hardie, le directeur général adjoint du CBI, la principale organisation patronale britannique. "La percée de Bruxelles montre qu'il y a une volonté, une voie de passage", s'est-il réjoui.

- La Norvège salue un pas "très positif"

"Très positif que le Royaume-Uni et l’UE aient franchi un pas important dans les négociations sur le Brexit. Un Brexit en bon ordre est bon pour l’Europe et bon pour la Norvège", a tweeté la ministre norvégienne en charge des Affaires européennes Marit Berger Røsland.

burs-roc/sba

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Moody's a fait savoir, dans un commentaire sur Carrefour, que la notation Baa1 qu'elle attribue au distributeur "repose sur la perspective que Carrefour va progressivement stabiliser sa rentabilité".…

Publié le 19/01/2018

Le calendrier s'étoffe (un peu)...

Publié le 19/01/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/01/2018

PSA annonce que sa politique de l’emploi pour l’année 2018 (DAEC) vient d’être approuvée par le Comité Central d’Entreprise du groupe. Ainsi, cinq organisations syndicales sur six (CFDT,…

Publié le 19/01/2018

Schlumberger a fortement creusé sa perte nette au quatrième trimestre, à plus de 2 milliards de dollars contre 204 millions un an plus tôt. Elle intègre notamment des dépréciations des actifs…

CONTENUS SPONSORISÉS