En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
-
4 778.50
-0.67 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.00 %
DAX PTS
10 931.24
-
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.137
-0.17 %

Brexit: la City salue la nouvelle approche de Londres avec prudence

| AFP | 874 | 4 par 1 internautes
Le nouveau ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, quitte la résidence du Premier ministre, le 9 juillet 2018, après sa nomination à la succession de David Davis
Le nouveau ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, quitte la résidence du Premier ministre, le 9 juillet 2018, après sa nomination à la succession de David Davis ( Tolga AKMEN / AFP )

Le patronat et les marchés britanniques saluaient lundi l'approche un peu plus souple du gouvernement de Theresa May sur le Brexit, tout en restant prudents face au manque de détail sur la question cruciale des services financiers.

Après une réunion de 12 heures vendredi, la Première ministre conservatrice, Theresa May, a obtenu l'assentiment de son gouvernement sur les grandes lignes de ses objectifs pour le Brexit prévu fin mars.

Ces propositions, qui doivent être détaillées dans un "livre blanc" publié jeudi, prévoit de mettre en place une zone de libre échange pour les biens entre le Royaume-Uni et l'UE ainsi qu'un nouveau modèle douanier avec les 27, afin de maintenir un commerce "sans friction" avec le continent.

Carolyn Fairbairn, directrice générale de la confédération patronale CBI, a vu dans ces propositions "un pas dans la bonne direction", lundi matin sur la BBC. Elle a toutefois jugé que la démission de M. Davis constituait un "coup dur" pour Mme May, expliquant que ce départ rompait l'image d'un gouvernement enfin uni après des mois de dissensions.

David Davis, ministre démissionnaire du Brexit, le 9 juillet 2018 à Londres
David Davis, ministre démissionnaire du Brexit, le 9 juillet 2018 à Londres ( Tolga AKMEN / AFP )

Le départ de ce poids lourd du gouvernement ne semblait toutefois pas affoler le marché britannique. La livre sterling montait lundi matin face au dollar, à 1,3330 dollar vers 10H30 GMT, contre 1,3283 dollar vendredi à 21H00 GMT, tout comme face à l'euro, à 88,25 pence pour un euro, contre 88,43 pence vendredi soir.

Cette réponse "prudente" des marchés "reflète probablement les interprétations de ce que cette démission signifie exactement", a souligné Derek Halpenny, analyste pour MUFG. Selon lui, il s'agira ainsi d'observer si le départ de David Davis va créer d'autres remous au sein de la majorité ou s'il ne va rester qu'un événement isolé.

Mme May a rapidement nommé le successeur de M. Davis, Dominic Raab, dont les orientations eurosceptiques pourraient permettre à la Première ministre de conserver un équilibre au sein de son gouvernement entre partisans d'un Brexit sans concession et ceux favorables à une approche plus conciliante vis-à-vis de Bruxelles.

- Investissements menacés -

S'appuyant au sein du gouvernement sur des personnalités favorables à leurs arguments, comme le ministre des Finances, Philip Hammond, les milieux d'affaires ont vu avec un léger soulagement la position de l'exécutif bouger peu à peu ces derniers mois en direction d'une approche plus favorable au libre commerce.

Theresa Mays, Premier ministre britannique, le 4 juillet 2018 à Londres
Theresa Mays, Premier ministre britannique, le 4 juillet 2018 à Londres ( Tolga AKMEN / POOL/AFP/Archives )

Plusieurs grandes entreprises étaient montées au créneau avant l'importante réunion de vendredi pour mettre la pression sur Mme May. Airbus, BMW, Jaguar Land Rover ou encore Siemens avaient prévenu qu'elles pourraient réduire leurs investissements dans le pays si le Brexit devait conduire au rétablissement de contrôles douaniers avec l'UE.

Dimanche, une centaine d'entrepreneurs ont encore écrit une lettre ouverte pour demander au gouvernement d'aller plus loin que vendredi et de rester purement et simplement dans l'union douanière. Parmi les signataires figuraient des dirigeants des enseignes alimentaires Pret et Domino's, Zoopla (immobilier) ou Net-a-porter (vêtements).

Les nouvelles propositions du gouvernement contiennent de surcroît peu d'élèments nouveaux sur l'avenir du secteur majeur des services, ce qui a inquiété Catherine McGuinness, une haute responsable de la City of London Corporation. Elle a déclaré que la "compétitivité de la City et du pays reposent sur l'accord final entre le gouvernement et l'UE. Un accord qui exclut les services aurait un impact négatif sur le secteur financier".

La Commission européenne s'est jusqu'à présent montrée très réticente à l'idée d'intégrer la question des services dans un accord de libre-échange entre Bruxelles et Londres, à partir du moment où le Royaume-Uni quitte le marché unique européen.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Les marchés actions européens sont attendus en repli à l'ouverture après deux séances de hausse. Les investisseurs veulent reprendre leur souffle alors que les incertitudes liées au Brexit sont…

Publié le 17/01/2019

CGG a signé un protocole d'accord de partenariat stratégique entre sa filiale Sercel et la société française de services Apave pour la fourniture d'une solution de surveillance de structures (SHM…

Publié le 17/01/2019

    Communiqué de presse   Nicox : Point …

Publié le 17/01/2019

Informations Réglementées Montrouge, France, le 17 janvier (7h30 CET), 2019 Bilan semestriel du contrat de liquidité DBV Technologies avec ODDO BHF DBV Technologies…