En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 024.26 PTS
+0.88 %
5 994.00
+0.44 %
SBF 120 PTS
4 743.30
+0.77 %
DAX PTS
13 576.68
+1.41 %
Dow Jones PTS
28 989.73
-0.58 %
9 141.47
-0.82 %
1.103
+0.03 %

Boris Johnson demande aux détracteurs de Huawei de proposer des alternatives

| AFP | 674 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les détracteurs de Huawei à proposer des alternatives à l'équipementier de télécoms chinois
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les détracteurs de Huawei à proposer des alternatives à l'équipementier de télécoms chinois ( STEFAN WERMUTH / AFP/Archives )

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a appelé les détracteurs de Huawei à proposer des alternatives à l'équipementier de télécoms chinois, qui dispose d'une avance sur ses concurrents dans la technologie 5G.

Interrogé mardi sur l'émission BBC Breakfast, le Premier ministre a affirmé que "les Britanniques méritent d'avoir accès à la meilleure technologie possible", rappelant que son gouvernement voulait mettre l'accent sur la modernisation des infrastructures et notamment donner accès à un internet à haut débit pour tous.

"Maintenant, si les gens s'opposent à une marque ou une autre, ils doivent nous dire qu'elle est l'alternative", a-t-il ajouté, faisant allusion à l'avance de Huawei sur ses rivaux dans la 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile destinée notamment aux objets connectés.

M. Johnson, qui bénéficie depuis les législatives de décembre d'une solide majorité au Parlement, a toutefois fait valoir qu'il ne voulait pas "installer d'infrastructures qui portent préjudice à notre sécurité nationale ou notre capacité à coopérer avec nos partenaires du réseau de renseignement Five Eyes", qui rassemble cinq pays (Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande).

Lundi, le chef du MI5 Andrew Parker avait assuré que le gouvernement britannique pouvait travailler avec Huawei dans la 5G sans compromettre ses liens avec les services de renseignement américains.

“Nous avons confiance dans le gouvernement britannique pour prendre une décision fondée sur les preuves et non pas sur des accusations dénuées de tout fondement", a réagi Victor Zhang, vice-président de Huawei, dans un communiqué reçu par l'AFP.

Il rappelle que son groupe "travaille avec les compagnies de télécommunications britanniques depuis 15 ans" et que "deux commissions parlementaires ont conclu qu'il n'y avait pas de raison technique de nous interdire de fournir des équipements de 5G" à la Grande-Bretagne.

Ces déclarations surviennent au lendemain d'une visite à Londres d'une délégation américaine pour persuader Downing Street de ne pas travailler avec Huawei.

Les Etats-Unis répètent depuis des mois qu'il existe des liens étroits entre l'entreprise et le gouvernement chinois et que ses équipements pourraient être utilisés à des fins d'espionnage, ce que Huawei a toujours démenti.

En avril 2019, une fuite dans la presse britannique avait révélé que le gouvernement conservateur de l'époque, dirigé par Theresa May, était sur le point de concéder une participation limitée de Huawei au réseau 5G. L'équipementier chinois n'aurait pas été impliqué dans le cœur du réseau mais sur des infrastructures moins sensibles.

La classe politique britannique est divisée sur le sujet. Le parlementaire conservateur Bob Seely vient ainsi de demander à la Commission des affaires étrangères d'examiner la compatibilité du fabricant chinois avec le réseau national, affirmant qu'un accord avec le géant technologique ouvrirait la porte du réseau britannique à Pékin.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Arrivé au Havre à l'été 2018 en provenance du club de Djurgarden, avec lequel il a remporté la coupe de Suède, l'attaquant international zimbabwéen (8 sélections) a disputé 46 matchs de Ligue…

Publié le 24/01/2020

La Cour d'Appel de Douai rend une décision favorable à METabolic EXplorer quant au projet de Malaisie abandonné en 2014...

Publié le 24/01/2020

L'action Walt Disney a fini en recul de 1,5% vendredi à Wall Street.

Publié le 24/01/2020

Cette hausse représente 21 euros/an en moyenne sur la facture d'un consommateur résidentiel d'EDF...

Publié le 24/01/2020

Au 1er février 2020, les tarifs réglementés hors taxe d'Engie baissent de 3,3% par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er janvier 2020...