En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Bondée de touristes, Ibiza ne peut plus loger ses habitants

| AFP | 647 | 3 par 1 internautes
Des touristes arrivent à l'aéroport de l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017
Des touristes arrivent à l'aéroport de l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017 ( JAIME REINA / AFP )

Victimes du tourisme, les habitants de l'île espagnole d'Ibiza ont de plus en plus de mal à se loger: les millions de visiteurs attirés par ses nuits endiablées et ses eaux turquoise ont fait exploser les prix

Depuis qu'il s'est séparé de sa femme l'an dernier, Gabriel Alberto Andrade vit dans une camionnette bleu métallisé, équipée d'un canapé-lit, d'une télévision et d'une petite cuisine au gaz. Sur le toit, des panneaux photovoltaïques lui fournissent l'électricité.

"Ce n'est pas facile de vivre dans une camionnette, mais les loyers, c'est une folie. C'est impossible de les payer", s'exclame cet Argentin de 47 ans vivant sur cette île de l'archipel des Baléares depuis 2000.

Il y a neuf ans, quand ses enfants sont nés, 400 euros lui suffisaient pour louer une maison. Aujourd'hui, pour ce prix, il peut à peine partager une chambre.

Ibiza, petite île où les stars viennent amarrer leur yacht et les jeunes faire la bringue, connaît un nouvel afflux de visiteurs qui boudent des destinations plus instables comme l'Égypte, la Tunisie ou la Turquie.

De 1,7 million en 2010, le nombre de touristes sur cette île d'à peine 572 kilomètres carrés et 142.000 habitants a presque doublé, pour atteindre 3 millions en 2016.

La forte demande a fait se multiplier les locations saisonnières d'appartements, souvent illégales, alimentant la spéculation: aujourd'hui, difficile de trouver une chambre à moins de 600 euros.

Un collectif citoyen ("Afectados por los Alquileres", Frappés par les loyers) dénonce depuis des mois des offres abusives: 500 euros par mois pour un balcon seul, 300 euros pour un matelas sans salle de bain, 2.100 euros pour une petite caravane...

- Problèmes pour recruter -

Avec son salaire de transporteur de marchandises de 1.400 euros par mois, Gabriel a choisi d'acheter sa camionnette pour 3.000 euros.

Des touristes regardent les annonces d'une agence immobilière sur l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017
Des touristes regardent les annonces d'une agence immobilière sur l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017 ( JAIME REINA / AFP )

Quatre caravanes sont garées sur le même terrain vague, habitées par d'autres qui n'ont plus les moyens de se payer un logement fixe.

La situation s'aggrave encore en haute saison, quand la population de l'île triple et les prix explosent, comme les besoins de main-d'oeuvre.

Mais pour les saisonniers, souvent peu qualifiés, le prix du logement devient rédhibitoire.

Avant, "en mai, je recevais 10 à 12 CV par jour pour venir travailler l'été. Aujourd'hui, c'est un ou deux", témoigne Joan Riera, propriétaire du restaurant Can Alfredo dans la capitale de l'île.

L'hôpital Can Misses à Ibiza, le principal de l'île, a même transformé un de ses étages en résidence pour ses employés temporaires, après plusieurs années de difficultés pour recruter.

Javier Segura, biologiste de 30 ans, s'y est installé en juin pour les trois mois d'été.

Il comptait trouver son propre appartement mais a dû se résigner à vivre dans l'hôpital après des semaines à écumer les offres, sans succès.

"Certaines étaient des arnaques, d'autres coûtaient plus de 2.000 ou 3.000 euros. Et les offres avec des prix plus accessibles, entre 1.000 et 2.000, étaient déjà toutes prises", raconte-t-il.

- Décroissance -

"Nous avons perverti le système", se désole Lucas Prats, président d'une organisation de promotion touristique.

Avant, il y avait "des immeubles de logement et des zones touristiques. Maintenant, tout est touristique".

Un magasin de souvenirs sur l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017
Un magasin de souvenirs sur l'île espagnole d'Ibiza, le 11 août 2017 ( JAIME REINA / AFP )

Le parlement régional a voté en juillet une loi pour interdire les locations saisonnières sans licence et limiter à 623.000 les places dédiées au tourisme sur l'archipel, avec pour objectif de les réduire dans les prochaines années jusqu'à 500.000.

"Si nous continuons à croître comme ça, il y un moment où nous ne serons plus du tout compétitifs. Et ce ne sera pas du tout une zone agréable à vivre. C'est pourquoi nous pensons que nous devons décroître un peu", explique Vicent Torres, directeur du tourisme du gouvernement de l'île.

L'objectif est d'éviter que le tourisme, vital pour l'île, n'y acquière mauvaise presse: avant de devenir une destination prisée dans les années 1960, elle survivait difficilement de la pêche et de l'agriculture.

"À Ibiza, il n'y a pas d'exception: tout le monde vit du tourisme", assure Lucas Prats. Mais "nous devons parvenir à ce que le tourisme et les résidents coexistent normalement, tout en sachant que l'activité touristique va nous causer des désagréments pendant quelques mois".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…