En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 810.50
+0.51 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 256.20
+0.79 %
6 678.23
+0.13 %
1.139
-0.09 %

"Aucune preuve" d'espionnage pour la Chine, affirme Huawei

| AFP | 357 | Aucun vote sur cette news
L'immeuble de Huawei à Dongguan dans la province chinoise du Guangdong, le 18 décembre 2018
L'immeuble de Huawei à Dongguan dans la province chinoise du Guangdong, le 18 décembre 2018 ( Nicolas ASFOURI / AFP )

Le président du géant chinois Huawei a réfuté mardi tout lien avec les services de renseignements de Pékin, à l'heure où l'entreprise fait face à une vague de rejets de ses équipements télécoms 5G en Occident.

"Il n'y aucune preuve que Huawei menace la sécurité nationale de quelque pays que ce soit", a martelé Ken Hu lors d'une conférence de presse organisée au siège du groupe à Shenzhen (sud de la Chine).

Il a assuré que son entreprise n'a jamais reçu de la part du gouvernement chinois la moindre demande d'accès à des données.

Huawei connaît une année 2018 difficile. Les Etats-Unis, inquiets de l'avancée chinoise dans le secteur des technologies, tentent de dissuader leurs alliés d'utiliser les équipements du groupe. Et viennent d'obtenir du Canada l'arrestation de sa directrice financière.

L'entreprise chinoise a ainsi dû faire face ces derniers mois au rejet de ses équipements aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande tandis que des médias se sont faits l'écho de doutes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

A cette liste s'est ajoutée lundi la République tchèque, dont l'agence pour la sécurité de l'information et la cybersécurité a estimé que les logiciels et le matériel de Huawei constituaient une menace pour sa sécurité nationale.

La 5G, future norme de téléphonie mobile censée offrir un débit nettement plus important, est appelée à devenir un moteur de la transition numérique des économies, des véhicules autonomes à l'intelligence artificielle. Huawei ambitionne de devenir un leader mondial dans son déploiement.

Face aux inquiétudes occidentales en matière d'espionnage potentiel, l'équipementier chinois a décidé mardi d'ouvrir ses laboratoires de recherche aux journalistes et d'organiser une conférence de presse.

"Interdire une entreprise en particulier ne peut résoudre les problèmes de cybersécurité", a jugé Ken Hu, assurant que de nombreux clients de Huawei continuaient à lui faire confiance.

Le groupe tente depuis plus d'un an de convaincre de son absence de liens avec Pékin et rappelle que l'entreprise appartient à 100% à ses salariés, pas à l'Etat ou l'armée chinoise.

Pour rassurer les opérateurs étrangers, Huawei leur donne notamment accès à ses équipements dans des laboratoires dédiés, où ils peuvent les démonter totalement et avoir accès à leur code source.

Avec un déploiement de la 5G qui devrait s’accélérer dans les prochaines années dans le monde, la course entre équipementiers fait rage.

Huawei a déjà investi des milliards d'euros à cette fin et signé 25 contrats commerciaux, a affirmé Ken Hu. Le groupe compte plus de 80.000 employés, dont près de la moitié sont dévolus à la recherche et au développement.

Ces investissements pourraient cependant avoir été menés en vain si l'entreprise continue à être écartée des marchés occidentaux, selon des experts.

Le groupe britannique de télécoms BT a annoncé début décembre qu'il se défaisait d'équipements du chinois en téléphonie mobile. Précédemment, l'Australie avait exclu Huawei du déploiement de la 5G, puis la Nouvelle-Zélande a invoqué une incompatibilité technologique pour rejeter l'entreprise.

Selon Ken Hu, BT a agi "sous pression politique".

La méfiance occidentale vis-à-vis de Huawei est notamment alimentée par le fait que son fondateur, Ren Zhengfei, est un ancien ingénieur de l'armée chinoise.

Ken Hu n'a cependant pas voulu commenter l'arrestation début décembre au Canada de sa directrice financière, Meng Wanzhou, soupçonnée par la justice américaine de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l'Iran.

"Nous avons confiance dans l'impartialité et dans l'indépendance des systèmes judiciaires des pays impliqués", s'est-il contenter de déclarer. "Nous attendons avec impatience une juste conclusion de cette affaire".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…