En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 861.56 PTS
-0.29 %
4 859.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+0.00 %
DAX PTS
11 205.54
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.20 %

Ascoval et son long combat pour survivre

| AFP | 347 | Aucun vote sur cette news
Ascoval est détenue à 40% par le fabricant de tubes français Vallourec et à 60% par Asco Industries, ancienne société du groupe Ascométal
Ascoval est détenue à 40% par le fabricant de tubes français Vallourec et à 60% par Asco Industries, ancienne société du groupe Ascométal ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )

La décision du tribunal de grande instance de Strasbourg sur la reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) par la société Altifort, attendue mercredi, interviendra après quatre ans de rebondissements et d'inquiétude pour les salariés.

Ascoval est détenue à 40% par le fabricant de tubes français Vallourec et à 60% par Asco Industries, ancienne société du groupe Ascométal.

2015: Première restructuration

Premier plan de restructuration mondial annoncé par le fabricant de tubes sans soudure Vallourec, confronté à une chute de ses marchés dans le secteur Pétrole et Gaz. Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, assure en juin devant les salariés de l'usine de Saint-Saulve qu'"il n'y aura aucune fermeture de site et aucun départ contraint". L'Etat est à la recherche de "partenaires pour entrer au capital de cette aciérie", dit-il.

2017: Fermeture du laminoir

En février 2016, Vallourec annonce la fermeture du laminoir de Saint-Saulve à l'horizon d'un an.

En janvier 2017, alors que le laminoir de la tuberie vient de fermer, le groupe Ascométal devient actionnaire de l'usine à hauteur de 60%, donnant naissance à Ascoval. Mais le répit ne dure que quelques mois: en novembre, Ascométal est placé en redressement judiciaire.

Le suisse Schmolz&Bickenbach, le britannique Liberty House, et l'espagnol Sidénor se déclarent candidats à la reprise.

2018: guerre des nerfs pour les salariés

Fin janvier, le tribunal de Strasbourg choisit Schmolz&Bickenbach pour la reprise d'Ascométal, mais le groupe suisse ne prévoit pas dans son projet de reprendre l'usine Ascoval de Saint-Saulve. "On a été sacrifiés", dénonce Bruno Kopczynski (CFDT), porte-parole de l'intersyndicale.

Le 30 janvier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire annonce un accord avec Schmolz&Bickenbach pour maintenir pendant un an l'activité d'Ascoval, avec l'espoir de trouver un repreneur.

Les salariés en grève depuis une semaine concluent le 2 février avec l'Etat et la région Hauts-de-France un accord de 12 millions d'euros qui garantit l'emploi pendant un an et finance si nécessaire un plan social.

Fin février, Vallourec crée la surprise en annonçant la fermeture de sa ligne de production sur Saint-Saulve. Les salariés votent la grève et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, exprime sa "totale incompréhension", alors même que des acheteurs potentiels étudient le dossier.

Le tribunal repousse la période d'observation de l'aciérie au 23 mai, puis au 26 septembre.

L'offre d'Altifort

Le 19 septembre, Xavier Bertrand exhorte le président Macron à ne pas "laisser sacrifier" Ascoval.

Le tribunal repousse à nouveau sa décision au 24 octobre, puis au 7 novembre.

Le 26 octobre, les salariés bloquent le site de Vallourec à Aulnoye-Aymeries.

Le cabinet de conseil indépendant Roland Berger juge une offre déposée par la société Altifort "crédible", mais à consolider. Le 31, le gouvernement fixe un délai supplémentaire, jusqu'à début décembre.

Le groupe Vallourec
Le groupe Vallourec ( Selim CHTAYTI / AFP/Archives )

Les salariés qui s'étaient mis en grève le 23 octobre votent la reprise du travail afin de ne pas décourager les investisseurs.

Le 8 novembre, Emmanuel Macron assure sur France 3 vouloir "sauver" l'aciérie Ascoval.

La veille le tribunal a repoussé au 12 décembre sa décision sur l'offre d'Altifort.

Le 10 décembre, le gouvernement et Altifort disent avoir trouvé un accord sur un plan de financement "solide", l'Etat s'engageant à apporter 25 millions d'euros.

Selon le directeur d'Altifort, son offre de reprise de 152 millions d'euros se décompose donc en 47 M EUR de fonds publics "sous forme de prêt" (25 M EUR de l'Etat, 12 M EUR de la Région Hauts-de-France, 10 M EUR de Valenciennes-Métropole), 35 M EUR d'apport d'Altifort, 40 M EUR de crédit-bail pour le financement d'un futur train à fil et 30 M EUR d'affacturage.

le 12 décembre, la chambre commerciale du TGI de Strasbourg met sa décision en délibéré au 19. Une nouvelle attente pour les salariés, la dernière, espèrent-ils, avant l'annonce de la reprise par Altifort.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Bruxelles va bloquer le projet de rapprochement entre Alstom et Siemens Mobility, qui aurait créé un champion européen du ferroviaire, a appris Reuters auprès de sources proches du dossier. Les…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Casino a annoncé avoir conclu des promesses en vue de la cession de 6 hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d’euros.…

Publié le 21/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que FinancièreArbevel ont annoncé…

Publié le 21/01/2019

Drone Volt, constructeur français aéronautique spécialisé en drones civils professionnels, annonce la nouvelle livraison d’un drone Hercules 10 aux Etats-Unis, à un groupement de producteurs…

Publié le 21/01/2019

Fort du succès de son étude 3D BroadSeis(TM) de 25 000 km2, qui a donné lieu aux récentes découvertes pétrolières de Boudji-1 et Ivela-1, CGG étend sa bibliothèque de données multi-clients…