En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-
5 416.00
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 333.74
-
DAX PTS
12 561.02
-
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-
Nikkei PTS
22 644.05
+0.21 %

Arkema, premier chimiste français et acteur mondial dans la chimie de spécialité

| AFP | 641 | Aucun vote sur cette news
Des véhicules de police et de pompiers attendent à un barrage routier après l'explosion d'une usine chimique touchée par la tempête Harvey à Crosby, le 31 août 2017 au Texas
Des véhicules de police et de pompiers attendent à un barrage routier après l'explosion d'une usine chimique touchée par la tempête Harvey à Crosby, le 31 août 2017 au Texas ( Brendan Smialowski / AFP )

Né de la restructuration de la branche chimie de Total en 2004, Arkema, dont un site a connu des explosions au Texas après le passage de l'ouragan Harvey, est le premier groupe chimique français, et un acteur de poids dans la chimie de spécialité.

Le groupe dirigé par Thierry Le Hénaff depuis sa création est aujourd'hui actif sur trois segments bien spécifiques: les matériaux de haute performance (adhésifs, polymères techniques, etc), la chimie industrielle (gaz fluorés, eau oxygénée) et les matériaux pour revêtements (acryliques, résines...).

En dix ans, Arkema a vu son chiffre d'affaires passer d'un peu plus de 5 milliards d'euros à 7,5 milliards, ce qui en fait le premier chimiste français et l'un des leaders du marché en Europe, derrière l'allemand BASF, le belge Solvay ou le néerlandais AkzoNobel.

Basé à Colombes près de Paris, le groupe compte 19.500 salariés répartis dans 50 pays et 133 sites industriels, dont celui de Crosby au Texas, où des explosions se sont produites jeudi, après le passage de l'ouragan Harvey.

Le siège du groupe chimique Arkema à Colombes, le 15 décembre 2008
Le siège du groupe chimique Arkema à Colombes, le 15 décembre 2008 ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

Dans un secteur qui a connu de nombreuses fusions-acquisitions, Arkema est resté indépendant.

Introduit en Bourse en 2006, le groupe s'est développé avec une stratégie ciblée: se renforcer en Asie et dans la chimie de spécialité (fabrication de produits chimiques pour des besoins très spécifiques de l'industrie) grâce notamment à des acquisitions.

Ce domaine représentait près des trois quarts de son chiffre d'affaires en 2016, contre moins de la moitié en 2006.

En chimie, des tendances de fond comme les matériaux légers et bio-sourcés, des solutions de filtrage de l'eau ou les énergies nouvelles "représentent des opportunités fantastiques pour les groupes qui savent les saisir", expliquait Thierry Le Hénaff en juillet dernier.

Après le spécialiste des additifs pour peintures Coatex en 2007, certaines activités américaines de Dow Chemical en 2010, Arkema a ainsi racheté en 2015 à son ancienne maison mère Total la société Bostik, numéro trois mondial des adhésifs industriels, valorisée à plus de 1,7 milliard d'euros, sa plus grosse opération à ce jour.

En parallèle, le groupe s'est séparé de son pôle vinylique (Kem One) en 2012, une cession mouvementée au financier Gary Klesh.

Traditionnellement présent en Europe et en Amérique du Nord, Arkema a mis aussi l'accélérateur en Asie, à la fois dans la recherche et la production, avec plusieurs centaines de millions d'euros d'investissements dans la construction de nouvelles usines.

Ce continent pèse désormais 30% de l'activité d'Arkema, contre 10% en 2006. L'Amérique du Nord représente elle 34% de son chiffre d'affaires et l'Europe 36%, contre 58% en 2006.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...