5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Areva au Gabon: une histoire franco-gabonaise

| AFP | 103 | Aucun vote sur cette news
La piscine et les bâtiments de l'ancien compound pour les cadres expatriés de la Comuf, le 11 juillet 2017 à Mounana, au Gabon
La piscine et les bâtiments de l'ancien compound pour les cadres expatriés de la Comuf, le 11 juillet 2017 à Mounana, au Gabon ( AMAURY HAUCHARD / AFP )

Depuis son implantation en 1958 au Gabon, le groupe nucléaire français Areva est resté un acteur majeur des liens entre la France et son ancienne colonie, et a continué de susciter fantasmes et controverses après la fermeture de sa mine en 1999.

- Découverte du gisement gabonais en 1956

Dès 1946, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), entité publique française, envoie une mission dans ce qui est à l'époque l'Afrique équatoriale française (AEF). En 1956, la mission découvre un gisement dans le petit village de Mounana, dans le sud-est du Gabon d'aujourd'hui, à plus de 700 kilomètres de Libreville.

La Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf) est créée en 1958, aux capitaux de neuf entreprises françaises, et commence l'exploitation en 1961, un an après l'indépendance du Gabon.

En 1962, première année pleine d'exploration, 80.000 tonnes de minerai non traité sont extraites et envoyées vers l'usine de transformation de Gueugnon, en Saône-et-Loire française.

- Apogée dans les années 1970

Omar Bongo Ondimba, arrivé au pouvoir en 1967, a pour ambition de garder la main sur l'uranium extrait à Mounana: en 1974, le Gabon acquière 25,8% du capital de la société, et menace de vendre de l'uranium à d'autres clients que la France (aux Etats-Unis et à l'Iran, notamment).

Une ligne de chemin de fer, le Trans-Gabonais, est par ailleurs inaugurée en 1978 pour du transport de marchandises -uranium et manganèse- depuis Franceville (60km de Mounana) vers Libreville. Jusque là, l'uranium non traité partait vers Pointe-Noire (au Congo voisin), puis en bateau vers la France, sans transiter par la capitale gabonaise.

Vue de la ville de Mounana après la fermeture des mines d'uranium de la Comuf, filiale d'Areva, le 26 janvier 2002 au Gabon
Vue de la ville de Mounana après la fermeture des mines d'uranium de la Comuf, filiale d'Areva, le 26 janvier 2002 au Gabon ( DESIREY MINKOH / AFP/Archives )

En 1982, la Comuf accède aux volontés du président gabonais et construit une usine de transformation de l'uranium en concentré (yellowcake, première étape vers la production d'uranium enrichi), tandis que l'entreprise passe sous la coupe de la Cogema (68,4% de participation), créée en 1976 et intégrée au pôle nucléaire française Areva en 2001.

Les cours de l'uranium se dégradant, les effectifs de la Comuf sont drastiquement réduits, passant de 1.451 employés en 1979 à 350 fin 1994. L'arrêt des activités est programmé dès le début des années 1990.

Après plus de 38 ans d'exploitation et 26.000 tonnes d'uranium extraites, le site de Mounana ferme en 1999, en raison de l'épuisement du gisement, selon la Comuf à l'époque, et de la baisse du cours de l'uranium sur les marchés mondiaux.

- L'après mine

Le petit village de Mounana, devenu riche cité minière de 14.000 habitants, connaît chômage et dépérissement, ses habitants se souvenant avec nostalgie de l'époque faste, où l'entreprise allait jusqu'à payer l'eau, l'électricité, les frais de scolarité et les soins médicaux de tous les habitants, employés ou non.

Le groupe nucléaire français n'a pas pour autant quitté le Gabon en 1999: la Comuf reste active, et d'importants travaux de réaménagement du site sont lancés -démantèlement des installations d'extraction et de traitement des minerais, réaménagement des sites de dépôt des rejets.

En 2006, l'Etat gabonais autorise Areva à reprendre la prospection.

Une nouvelle entité, "Areva au Gabon" a été créée en 2009, dont l'objectif était de reprendre l'exploration minière sur plusieurs sites: l'ancienne concession de la Comuf à Mounana, et trois autres permis d'exploration au Gabon de 2.000 km2 chacun.

Selon la Comuf interrogée par l'AFP, l'exploration sur ces trois terrains a été abandonnée car jugée "non intéressante d'un point de vue du potentiel métallurgique". L'exploration s'est "concentrée" sur la concession à Mounana, avant d'être suspendue en 2017.

L'entreprise "Areva Gabon" a été fermée, mais la Comuf reste présente au Gabon et propriétaire de la concession de Mounana.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS