En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 175.38 PTS
+0.05 %
5 180.50
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 151.73
+0.26 %
DAX PTS
11 739.84
-0.31 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.156
-0.13 %

Android, le système d'exploitation mobile de Google

| AFP | 317 | Aucun vote sur cette news
Google règne sur les systèmes d'exploitation pour appareils mobiles avec son système Android, présents dans des tablettes, des montres et surtout des smartphones
Google règne sur les systèmes d'exploitation pour appareils mobiles avec son système Android, présents dans des tablettes, des montres et surtout des smartphones ( LEON NEAL / AFP/Archives )

Google règne sur les systèmes d'exploitation pour appareils mobiles avec son système Android, présents dans des tablettes, des montres et surtout des smartphones.

Le système d'exploitation est ce qui fait "tourner" l'appareil, ce qui fait fonctionner un ordinateur, à la manière de Windows pour Microsoft.

Selon le cabinet spécialisé Gartner, le système Android, créé en 2007, est archi-dominant dans le monde des smartphones, avec une part de marché de l'ordre de 85,9% (chiffre 2017), contre environ 14% pour iOS, le système d'exploitation d'Apple qui fait fonctionner iPhone et iPad, et 0,1% pour les "autres systèmes d'exploitation".

Plus de 1,3 milliard de smartphones sous Android se sont vendus en 2017, contre environ 215 millions pour iOS, et 1,5 million pour les autres systèmes d'exploitation.

Android est un système d'exploitation en "open source" -à la différence d'iOS entièrement contrôlé par Apple-, ce qui signifie que différents fabricants peuvent l'intégrer dans leurs appareils, sans payer de licence.

"Tout le monde, y compris des concurrents d'Android, peut choisir de télécharger, installer, modifier et distribuer son +code source+ gratuitement" pour "développer des applications, des appareils mobiles et même d'autres systèmes d'exploitation", fait valoir le site internet d'Android.

Concrètement, à la différence d'iOS, qui n'équipe que les appareils d'Apple, Android est donc intégré dans les appareils de différents fabricants, notamment le sud-coréen Samsung, leader mondial des smartphones.

Cependant, pour éviter une trop grande disparité et faire en sorte que différentes applications soient compatibles avec différents modèles d'appareils sous Android, Google fait signer avec des acteurs extérieurs (fabricants, développeurs d'applications...) des accords de compatibilité ("Google’s voluntary compatibility agreements").

Android affirme qu'aucun fabricant n'est obligé d'installer par défaut les applications de Google (Chrome, Maps, Gmail etc.) Si le fabricant ou l'opérateur mobile décide néanmoins de les pré-installer dans ses appareils -ce qui est quasi toujours le cas compte tenu de la popularité des ces applications- il leur est possible de pré-installer également d'autres applications concurrentes.

Par exemple, un smartphone Samsung peut en effet à la fois pré-installer Google Search et un autre moteur de recherche internet ou encore sa boutique d'applications Play Store et celle de Samsung, Galaxy Apps.

Toutefois, explique Android, "si les fabricants veulent pré-installer les apps Google, ils doivent installer l'ensemble appelé +Google Mobile Services (GMS)+, car les applications ont été conçues pour travailler ensemble", ce qui permet à l'utilisateur, par exemple, de sauvegarder une photo reçue dans sa boîte Gmail vers (Google) Photos ou encore ouvrir une pièce jointe reçue par courriel dans Drive, le système de stockage en ligne de Google.

GMS est, quant à lui, soumis à licence.

GMS contient de nombreuses applications: Search, Chrome, Play Store, Play Music, Play Movies, Drive, Photos, Maps, Gmail, Hangouts (messagerie), YouTube...

Google peut tirer directement des revenus de la plupart de ces applications parce qu'elles contiennent de la publicité et parce que certaines ont des versions payantes, comme YouTube Premium ou par exemple Drive, si l'on veut augmenter le volume de stockage en ligne.

La maison mère de Google, Alphabet, ne donne pas de données financières séparées sur Android.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Par courrier reçu le 17 octobre 2018 par l'AMF, la société Polaris Capital Management, LLP (Boston, Massachusetts, Etats-Unis), agissant pour le...

Publié le 17/10/2018

Nos analystes ont repéré une configuration graphique haussière sur le certificat de code mnémonique 7413S émis par Société Générale. Il s'agit d'un produit "100%" qui réplique les…

Publié le 17/10/2018

IBM a présenté des résultats meilleurs que prévu au troisième trimestre, mais des revenus décevants. Le géant informatique a enregistré un bénéfice net en repli de 1% à 2,7 milliards de…

Publié le 17/10/2018

D'un point de vue graphique, le titre rebondit après avoir consolidé sur la zone des 77.2 euros qui fait désormais office de support à court terme. Du côté des indicateurs techniques, le titre…

Publié le 17/10/2018

Le Crédit Agricole soutient les PME et ETI à l'international...