5 408.36 PTS
+0.33 %
5 401.50
+0.33 %
SBF 120 PTS
4 337.65
+0.33 %
DAX PTS
12 738.43
+0.48 %
Dowjones PTS
24 700.21
-1.15 %
7 228.04
+0.00 %
Nikkei PTS
22 555.43
+1.24 %

Alphabet teste des voitures 100% autonomes, sans intervention humaine

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
John Krafcik, PDG de Waymo, a annoncé  un test grandeur nature de ses véhicules autonomes au Web summit de Lisbonne le 7 novembre 2017
John Krafcik, PDG de Waymo, a annoncé un test grandeur nature de ses véhicules autonomes au Web summit de Lisbonne le 7 novembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

Waymo, filiale du géant américain Alphabet (Google), teste des voitures entièrement autonomes, nouvelle étape de tests grandeur nature effectués par l'entreprise aux Etats-Unis.

L'entreprise essaie depuis plusieurs mois déjà des trajets en voiture autonome avec des clients volontaires dans la région de Phoenix en Arizona (sud-ouest des Etats-Unis) mais un ingénieur de l'entreprise est présent derrière le volant pour reprendre la main ni nécessaire.

"Après plus de huit ans de développement, nous passons à l'étape suivante pour à terme utiliser la potentiel de la technologie de voitures entièrement autonomes", a indiqué le groupe sur son blog officiel mardi.

"Désormais, les véhicules entièrement autonomes de Waymo sont en test sur les routes sans qu'il y ait personne derrière le volant", dit encore la compagnie, précisant que ces tests en totale autonomie ont aussi lieu en Arizona et sont d'abord ouverts aux employés de l'entreprise.

"Les passagers (doivent) simplement déterminer leur destination et la voiture (fait) le reste: elle décide quand tourner, quand freiner et quelle route prendre", a aussi expliqué le patron de Waymo, John Krafcik au Web Summit de Lisbonne au Portugal.

Selon la presse américaine, Waymo renonce ainsi à un système hybride, qui permettrait à un passager du véhicule autonome de reprendre la main sur la conduite, estimant que cela serait trop dangereux.

John Krafcik, PDG de Waymo, présente un modèle de voiture autonome au Web summit de Lisbonne le 7 novembre 2017
John Krafcik, PDG de Waymo, présente un modèle de voiture autonome au Web summit de Lisbonne le 7 novembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

A terme, la compagnie souhaite lancer un service de réservation de voiture autonomes grâce à une application, a aussi indiqué Waymo mardi.

- 'Voiture bureau' -

"Notre service vous permettra d'une simple pression de commander un Waymo, qui viendra vous chercher où vous êtes pour vous amener où vous souhaitez aller, sans que vous n'ayez besoin de conduire", selon John Krafcik.

A terme, Waymo espère développer "toute une gamme de véhicules qu'il vous sera possible de commander et d'utiliser en fonction de vos usages et vos besoins, de la voiture-bureau à la voiture-salon ou (bien) celle où vous pourrez vous reposer".

Les véhicules Waymo, plus connus sous leur ancien nom de Google Car, sont équipés d'une série de caméras, capteurs et radars afin de déterminer ce qu'il se passe dans son environnement et d'un algorithme qui, grâce à de l'analyse prédictive et de l'apprentissage automatique, lui permet d'anticiper les situations ou d'y réagir.

En circulation expérimentale depuis 2015, la flotte de véhicules autonomes d'Alphabet a parcouru plus de 5,5 millions de kilomètres, selon Waymo.

Avec cette annonce, Waymo semble conforter son avance dans le secteur porteur de la conduite autonome, considéré comme l'avenir de l'automobile et sur lequel travaillent quasiment tous les constructeurs automobiles et les groupes technologiques.

Seules, ou plus souvent par le biais de partenariats, les entreprises misent sur des systèmes de réservation de voiture autonome sur le modèle des VTC plus que sur l'espoir de voir les individus acheter de tels véhicules.

Lyft, plateforme de VTC et concurrent du leader Uber aux Etats-Unis, a d'ailleurs noué un partenariat avec Waymo et le constructeur Ford dans les voitures autonomes.

La voiture autonome fait le pari de diminuer radicalement les accidents de la route, en partant du principe que plus de 90% d'entre eux sont provoqués par des erreurs humaines.

En septembre, l'administration Trump avait publié une nouvelle réglementation sur les voitures autonomes autorisant plus de tests sur les routes, estimant que cette technologie pouvait réduire les accidents tout en améliorant la mobilité des personnes âgées, handicapées et autres personnes isolées.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

Société Générale Factoring...

Publié le 20/06/2018

Elon Musk, le patron de Tesla, a affirmé que l'Allemagne constituait l'hypothèse principale en vue de l'établissement d'une gigafactory en Europe...

Publié le 20/06/2018

AB Science bondit de 14% à 5,13 euros après une bonne nouvelle. Le Comité indépendant de revue des données (IDMC) a donné une recommandation positive pour le masitinib dans le traitement du…

Publié le 20/06/2018

Le fonds spéculative appuie à la vente...