En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Accord USA-Mexique: le Canada, dos au mur ou en position de force?

| AFP | 642 | Aucun vote sur cette news
Photo d'archive du Premier ministre canadien Justin Trudeau, au siège de l'OTAN à Bruxelles, le 11 juin 2018
Photo d'archive du Premier ministre canadien Justin Trudeau, au siège de l'OTAN à Bruxelles, le 11 juin 2018 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

Les observateurs restaient partagés sur la marge de manoeuvre du Canada dans la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna) après l'annonce surprise lundi d'une entente commerciale entre les Etats-Unis et le Mexique.

Immédiatement après l'annonce de cet accord par le président Donald Trump, la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland a indiqué qu'elle serait de retour mardi à Washington "pour poursuivre les négociations" sur l'Aléna, en cours depuis un an, interrompant une tournée diplomatique qu'elle venait de débuter en Europe.

Justin Trudeau et Donald Trump ont eu pour leur part lundi une "discussion constructive" sur l'Aléna et "attendent avec intérêt que leurs équipes poursuivent les négociations cette semaine", a indiqué Ottawa.

L'annonce d'un accord commercial entre Washington et Mexico, conclu après cinq semaines de négociations bilatérales, n'est pas de bon augure pour le Canada, partenaire de l'Aléna depuis son entrée en vigueur en 1994, a estimé Avery Shenfeld, économiste à la banque CIBC.

"Le Canada sera placé devant une proposition qui sera à prendre ou à laisser, avec la menace pas du tout subtile que les Etats-Unis sont prêts à laisser le Canada de côté et à travailler sur une base bilatérale avec le Mexique", a écrit M. Shenfeld dans une analyse.

"Les Etats-Unis menacent d'adopter la ligne dure dans ces négociations", a-t-il ajouté, tout en croyant néanmoins que les parties arriveront à conclure un accord trilatéral.

Le président américain Donald Trump serre la main du ministre de l'Economie mexicain Ildefonso Guajardo Villarreal à Washington DC, le 27 août 2018
Le président américain Donald Trump serre la main du ministre de l'Economie mexicain Ildefonso Guajardo Villarreal à Washington DC, le 27 août 2018 ( MANDEL NGAN / AFP )

"Le Mexique a usurpé notre rôle de partenaire commercial clé des Etats-Unis", a accusé à Ottawa l'opposition conservatrice au gouvernement libéral de Justin Trudeau.

"M. Trump veut obtenir une victoire rapide" avant les élections de mi-mandat, en novembre, "et il croit que (l'entente USA-Mexique, ndlr) va mettre de la pression sur le Canada pour conclure un accord", a estimé de son côté Patrick Leblond, expert en commerce international à l'université d'Ottawa.

- 'Scénario catastrophique' -

"La grande question est de savoir ce que les Américains veulent du Canada pour conclure un accord", a-t-il expliqué à l'AFP.

"Je ne crois pas que le Canada ait été pris de court", a pour sa part relevé Louis Bélanger, directeur de l'Institut des hautes internationales à l'université Laval à Québec.

"En fait, ce qui s'est passé, ce n'est pas que les Américains ou les Mexicains aient décidé d'aller plus vite entre eux, c'est simplement qu'au cours des derniers mois, les Américains sont arrivés à la table de négociations avec des demandes qui visaient expressément le Mexique, surtout en ce qui concerne leurs propositions dans l'automobile", a-t-il noté pour l'AFP.

Les représentants mexicains sont impatients de signer un nouveau traité avant la fin du mois, c'est-à-dire cette semaine, car ils veulent avoir l'approbation du corps législatif avant que le nouveau président mexicain élu, Andres Manuel Lopez Obrador, ne prenne ses fonctions le 1er décembre.

"Je ne vois pas comment cela va être possible", a toutefois estimé M. Bélanger, "à moins que l'administration américaine décide qu'elle a besoin d'un semblant de victoire" avant les élections de mi-mandat, et qu'elle "cède, sans avoir l'air de le faire" sur des points litigieux.

Pour le Canada, la stratégie pour la suite des choses, selon lui, est "d'essayer de profiter de la situation et du temps qui commence à manquer pour arracher encore davantage de concessions ou espérer que les Américains vont abandonner un certain nombre de leurs demandes".

"Le scénario catastrophique" pour le Canada serait cependant que l'administration Trump "mette fin à l'Aléna et signe un accord partiel avec le Mexique. Mais il n'y a pas de logique derrière cela, car les demandes canadiennes et mexicaines, pour ce qui est des autres points qui ne sont pas liés à l'automobile, sont les mêmes".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…