En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-
5 462.00
-
SBF 120 PTS
4 384.35
-
DAX PTS
12 350.82
-
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.23 %
1.174
-0.09 %

A Bruxelles, bataille féroce autour de la réforme du droit d'auteur

| AFP | 444 | Aucun vote sur cette news
L'objectif de la réforme du droit d'auteur, proposée en 2016 par la Commission européenne, est de moderniser le droit d'auteur à l'ère du numérique
L'objectif de la réforme du droit d'auteur, proposée en 2016 par la Commission européenne, est de moderniser le droit d'auteur à l'ère du numérique ( Damien MEYER / AFP/Archives )

"Mensonges" contre "coups bas": la directive européenne sur la réforme du droit d'auteur fait l'objet d'un lobbying tous azimuts entre ses partisans --médias et créateurs-- et ses opposants --géants du numérique et militants de la liberté sur internet.

"C'est une bataille très intense, agressive" parce qu'"il y a énormément d'argent en jeu", résume Olivier Hoedeman, de l'ONG Corporate Europe Observatory, qui étudie l'influence des lobbies dans l'UE.

L'objectif de la réforme, proposée en 2016 par la Commission européenne, est de moderniser le droit d'auteur à l'ère du numérique.

Le principe est d'inciter les plateformes, comme YouTube, à mieux rétribuer les créateurs de contenus (article 13), mais aussi de créer un nouveau "droit voisin" pour les éditeurs de presse (article 11), qui doit permettre aux journaux ou agences comme l'AFP de se faire rémunérer lors de la réutilisation en ligne de leur production.

Dépenses publicitaires dans les journaux
Dépenses publicitaires dans les journaux ( Alain BOMMENEL / AFP )

Deux fronts se sont dégagés: d'un côté les créateurs et la presse, en quête de revenus; de l'autre, une alliance inattendue entre les géants du numérique, qui craignent une remise en cause de leur "business model", et les militants d'internet, qui voient dans le texte une menace pour la liberté du web.

Au milieu de l'arène, 750 députés européens, parfois décontenancés par les pressions autour d'une réforme relativement technique, sur laquelle ils ont à se prononcer.

-"Moyens colossaux"-

L'industrie numérique a remporté début juillet une première manche quand le Parlement a rejeté le texte, qui doit être soumis à un nouveau vote le 12 septembre.

Le musicien britannique Paul McCartney fait partie de soutiens au texte, et a écrit aux eurodéputés
Le musicien britannique Paul McCartney fait partie de soutiens au texte, et a écrit aux eurodéputés ( Bradley PAGE / POOL/AFP/Archives )

Plusieurs eurodéputés avaient alors dénoncé le lobbying "sans précédent" des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), accusés de manipulation.

"Le seul équivalent que j'ai eu, c'est l'industrie des armes à feu", raconte à l'AFP l'eurodéputée Virginie Rozière (Socialistes et démocrates), pour qui les GAFA ont employé "des moyens colossaux" pour financer, en "avançant masqués", "des pseudo-campagnes citoyennes".

Elle dit avoir reçu plus de 40.000 e-mails contre le texte avant le vote de juillet.

"C'est par moment la seule façon d'avoir l'attention des eurodéputés. Que faudrait-il faire ? Leur envoyer des post-it ? Des cartes postales ?", lui répond Caroline De Cock, coordinatrice de la coalition Copyright For Creativity (C4C), à l'origine d'une de ces campagnes.

Chiffre d'affaires et recettes publicitaires de Google et Facebook
Chiffre d'affaires et recettes publicitaires de Google et Facebook ( Alain BOMMENEL / AFP )

Cette dernière explique représenter des musées, des associations de consommateurs ou des bibliothèques, mais concède également que C4C est financé "à un tiers" par le CCIA, le lobby de l'industrie numérique.

Elle compte aussi Google parmi les clients d'une agence de communication qu'elle gère par ailleurs.

"On attaque le messager quand on n'a pas de réponse au message", riposte Caroline De Cock.

Impossible de chiffrer les sommes engagées dans la campagne par le secteur numérique, mais l'évaluation du représentant de l'industrie musicale britannique, UK Music, selon qui Google a à lui seul investi 31 millions d'euros, parait "très improbable" à Olivier Hoedeman, de Corporate Europe Observatory.

-AIR, IAM et Renaud-

Siada El Ramly, directrice générale de l'EDiMA, groupe de pression du secteur technologique, assure à l'AFP avoir dépensé "bien moins d'un million d'euros" sur ce dossier pourtant jugé "prioritaire".

Elle s'insurge en revanche contre les moyens employés par l'industrie musicale, qui a fait venir "de grands artistes" comme Jean-Michel Jarre --président de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (Cisac)-- pour défendre le texte devant les députés.

Paul McCartney leur a aussi écrit, tandis qu'en France, plus de 70 artistes, dont AIR, IAM ou Renaud, ont publié une lettre ouverte.

Sammy Ketz, grand reporter à l'AFP, à terre pendant des échanges de tirs dans la ville de Maaloula en Syrie, alors qu'un militaire syrien traverse en courant, le 18 septembre 2013
Sammy Ketz, grand reporter à l'AFP, à terre pendant des échanges de tirs dans la ville de Maaloula en Syrie, alors qu'un militaire syrien traverse en courant, le 18 septembre 2013 ( Anwar AMRO / AFP/Archives )

"Vous imaginez l'impact de nos communiqués quand il y a des gens connus en face ?", se désole Mme El Ramly.

Figure de proue des opposants au texte, l'eurodéputée allemande Julia Reda, affiliée aux écologistes, ne cesse de dénoncer sur son blog "les coups bas" et "le lobbying intense" des éditeurs et des artistes.

Mme Reda insiste sur le "mélange des genres entre lobbying et information de la part des médias eux-mêmes", notamment quand ils ont selon elle publié avant le vote de juillet "des articles favorables à la directive".

Porte-voix du courant anti-régulation sur internet, elle ne s'émeut pas d'évoluer dans le même camp que les géants du numérique: "La seule chose sur laquelle je suis d'accord avec eux, c'est que le texte actuel n'est pas bon. Mais on n'est pas d'accord sur les changements à apporter", tranche-t-elle.

A l'approche du vote de septembre, la campagne a repris: C4C a relancé lundi son opération de mailing aux députés, tandis que la presse européenne a publié une , grand reporter de l'AFP, signée par près de 80 journalistes européens.

Il y dénonce le "lobbying mensonger" de Google et Facebook.

« Droits voisins : une question de vie ou de mort »

  1. tribune de Sammy Ketz
  2. Tribune

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Suresnes, le 24 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) annonce ce jour que le Groupe a obtenu l'accord de l'ensemble des partenaires financiers…

Publié le 24/09/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 24/09/2018

      Communiqué de mise à disposition de documents   Neuilly-sur-Seine, le 24 septembre 2018       Mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin…

Publié le 24/09/2018

  RESULTATS SEMESTRIELS 2018                Paris, le 21 septembre 2018     Patrimoine 144,2 Millions d'euros   Résultat net…

Publié le 24/09/2018

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 24 Septembre 2018   Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 17 au 21 Septembre 2018   Conformément à la…