5 527.41 PTS
+0.32 %
5 530.5
+0.40 %
SBF 120 PTS
4 416.61
+0.40 %
DAX PTS
13 342.38
+1.07 %
Dowjones PTS
25 803.19
+0.89 %
6 758.54
+0.00 %
Nikkei PTS
23 951.81
+1.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wordline lésé par l'OPA d'Atos sur Gemalto, vraiment ?

| Boursier | 346 | Aucun vote sur cette news

Le groupe conserve une force de frappe conséquente pour des acquisitions...

Wordline lésé par l'OPA d'Atos sur Gemalto, vraiment ?
Credits Société Worldline

Si Atos (+5%) flambe après le projet d'OPA sur Gemalto (+33%), la filiale Worldline (-3%) fait grise mine. Et c'est plutôt logique : les investisseurs avaient identifié pour Worldline une éventuelle acquisition d'envergure comme un important levier boursier. Or si sa maison-mère Atos a jeté son dévolu sur Gemalto, c'est qu'il n'y a sans doute pas de projets à court terme pour la filiale dédiée au paiement... Un raisonnement toutefois un peu trop binaire.

Mi-novembre, après un roadshow avec le management de Worldline, Natixis avait cité la croissance externe comme étant clairement balisée par la direction. "Worldine dispose toujours d'une capacité de 1,5 milliard d'euros, mais avec probablement 1 MdE de plus via une augmentation de capital au cours de laquelle Atos serait dilué de 70% à 50%", écrivait alors l'analyste. Un calcul partagé par plusieurs de ses confrères. Cette capacité n'est pas, a priori, remise en cause par le rachat de Gemalto. Lors de la conférence de présentation du projet ce matin, le patron de la SSII, Thierry Breton, a mis en avant la complémentarité entre Worldline et Gemalto et les synergies à venir. Mais il a aussi insisté sur le fait que la filiale de paiements continuera à se développer selon sa stratégie propre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Incertains en début de séance, les marchés actions européens ont repris le chemin de la hausse, soutenus par le repli de l'euro. Les investisseurs réagissent également aux informations Reuters…

Publié le 16/01/2018

La semaine boursière démarre réellement aujourd'hui, puisque Wall Street était fermée hier

Publié le 16/01/2018

EVS Broadcast Equipment annonce la nomination de Pierre De Muelenaere en tant que président du conseil d'administration...

Publié le 16/01/2018

Le Tribunal de l'Union européenne a confirmé la décision de la Commission ordonnant à la France de récupérer 1,37 milliard d'euros dans le cadre d'une aide d'État accordée à EDF. Le 16…

Publié le 16/01/2018

Un bel exercice 2017...

CONTENUS SPONSORISÉS