En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

WeWork recrute de nouveaux dirigeants, dont Maurice Lévy

| Boursier | 308 | Aucun vote sur cette news

Le spécialiste du coworking, qui a perdu 1,25 Md$ au 3e trimestre, vise un cash flow positif en 2023 et entend se concentrer sur son coeur de métier, la location de bureaux.

WeWork recrute de nouveaux dirigeants, dont Maurice Lévy
Credits Reuters

WeWork, le spécialiste américain de la location de bureaux partagés ("co-working"), dont l'introduction en Bourse a capoté en septembre et dont la valorisation a fondu, travaille à restaurer ses comptes et sa crédibilité auprès des investisseurs, sous la houlette du japonais Softbank, son nouvel actionnaire majoritaire.

Selon l'agence 'Bloomberg', le président de WeWork, Marcelo Claure, a annoncé vendredi lors d'une réunion à New York avec les employés, la nomination de plusieurs nouveaux dirigeants, dont Maurice Lévy, le président du conseil de surveillance de Publicis, qui a été nommé directeur marketing et communication par interim de WeWork.

Ralf Wenzel, le patron de TechHub, filiale du japonais SoftBank, devient directeur produits ("chief product officer") et Mike Bucy, un autre responsable de SoftBank, devient "chief transformation officer". Les co-directeurs généraux Artie Minson et Sebastian Gunningham restent à leurs postes.

Le président de WeWork a présenté un plan de redressement, dont l'objectif est de générer des flux de trésorerie positifs d'ici à 2023 et un Ebitda (résultat avant intérêts, impôts et amortissements) ajusté positif d'ici à 2021, selon les sources citées par 'Bloomberg'. Au troisième trimestre 2019, WeWork a affiché une perte nette de 1,25 milliard de dollars, alors même que ses ventes ont bondi de 94% en un an, à 934 millions de dollars.

Devant les employés, Marcelo Claure a mis l'accent sur la discipline financière et sur la nécessité pour l'entreprise de se concentrer sur le coeur de métier de la location de bureaux, selon ces sources.

2.400 suppressions de postes prévues dans le monde

La société emblématique des espaces de travail partagés a perdu plusieurs de ses dirigeants ces derniers mois, après l'échec de son introduction en Bourse et l'effondrement de sa valorisation, de 47 milliards de dollars à environ 10 milliards. Le groupe basé à New York a été sauvé in extremis par Softbank, qui a injecté 8 milliards de dollars dans l'affaire et en détient désormais 80% du capital (contre 30% auparavant).

L'ex-patron et cofondateur Adam Neumann, 40 ans, avait dû quitter ses fonctions en septembre, empochant au passage environ 1,7 milliard de dollars, issus notamment de la cession à Softbank de la majeure partie de ses actions WeWork.

La société a annoncé jeudi la suppression de 2.400 emplois dans le monde, soit 20% de ses effectifs dans le cadre de son plan de redressement.

De son côté, Softbank, présent notamment dans les télécoms (dont Sprint aux Etats-Unis) a accusé au 3e trimestre 6,5 milliards de dollars de pertes suite à ses investissements dans WeWork, mais aussi dans la plate-forme de communication collaborative Slack et dans le groupe de VTC Uber, dont les valorisations se sont fortement dépréciées ces derniers mois.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…