En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 569.67 PTS
-0.03 %
4 589.50
+0.5 %
SBF 120 PTS
3 624.38
+0.01 %
DAX PTS
11 598.07
+0.32 %
Dow Jones PTS
26 768.90
+0.94 %
11 418.83
+2.48 %
1.168
-0.58 %

Unibail-Rodamco-Westfield : +14%, une bataille d'actionnaires lancée !

| Boursier | 983 | 5 par 1 internautes

Unibail-Rodamco-Westfield a bondi jeudi de 14,1% pour finir à 41,26 euros, alors qu'un consortium d'investisseurs conduit par Xavier Niel et Léon Bressler a fait irruption au capital et veut faire changer la stratégie du groupe foncier.

Unibail-Rodamco-Westfield : +14%, une bataille d'actionnaires lancée !
Credits Morphosis/ L'autre Image Production

Unibail-Rodamco-Westfield a bondi jeudi de 14,1% pour finir à 41,26 euros, alors qu'un consortium d'investisseurs européens conduit par Xavier Niel et Léon Bressler, l'ancien patron de la foncière, a annoncé avoir acquis 4,1% du capital du groupe sur le marché.

Fort de cette participation, et en désaccord avec la stratégie menée par l'actuel management, le duo Niel-Bressler appelle les actionnaires à voter contre le plan de renforcement financier initié par la direction de la foncière.

Le conseil d'URW exprime "son profond désaccord"

Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a réagi en confirmant avoir reçu ce jour "les propositions d'un consortium d'investisseurs représentant 4,1% du capital du groupe, en vue de l'Assemblée Générale Extraordinaire du 10 novembre". Et de préciser que le groupe écoute toujours attentivement les opinions de ses actionnaires dans un dialogue constructif et ouvert... Le Conseil de surveillance, qui s'est réuni aujourd'hui, exprime cependant dans le cas présent "son profond désaccord avec ces propositions, qui ajoutent une incertitude et un risque importants dans l'environnement complexe actuel".

Le Conseil de Surveillance réitère ainsi son soutien et son engagement en faveur de RESET, "un plan global et bien calibré", qui résulte d'un examen approfondi des options stratégiques du groupe.

Colin Dyer, Président du Conseil de Surveillance, a conclu : "Le plan de RESET est déjà en bonne voie, comme en témoigne l'annonce récente de la cession de l'immeuble de bureaux SHiFT, qui démontre la capacité de la direction d'URW à respecter sa feuille de route stratégique. Le plan RESET est construit pour assurer la flexibilité opérationnelle et financière du groupe. Il le renforcera sur le long terme au bénéfice de l'ensemble de ses actionnaires".

Augmentation de capital de 3,5 MdsE en vue

Le duo Niel-Bressler regrette de son côté que le plan baptisé RESET "repose pour l'essentiel sur l'augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros, au lieu de repositionner les activités d'URW sur son coeur de métier : un portefeuille exceptionnel de centres commerciaux prime en Europe".

"Le plan 'RESET' d'URW, qui repose sur une augmentation de capital fortement dilutive, est une décision malheureuse prise par un management prisonnier de la stratégie désastreuse qu'il a engagée avec l'acquisition de Westfield", a dénoncé ainsi Léon Bressler, qui a quitté la direction d'Unibail-Rodamco en 2006, après quatorze années passées à sa tête.

"L'acquisition du groupe australien, avec de nombreux actifs aux Etats-Unis, a affaibli la position dominante d'URW en Europe... En outre, elle a endetté la société, distrait le management et conduit à une très mauvaise allocation des ressources".

Un plan de 9 MdsE pour renforcer le bilan face à la crise du Covid-19

Le numéro un mondial de l'immobilier commercial a annoncé le 16 septembre dernier le lancement d'un plan d'au moins 9 milliards d'euros afin de renforcer son bilan face aux incertitudes liées à la pandémie de coronavirus, qui continue de peser sur ses activités.

Ce plan prévoit entre autres une augmentation de capital de 3,5 milliards d'euros, intégralement souscrite par un syndicat bancaire composé de Bank of America, BNP Paribas, Crédit agricole, Goldman Sachs, JP Morgan et Société générale et dont le produit sera consacré à la réduction de l'endettement.

URW prévoit aussi de limiter les dividendes versés en numéraires d'un milliard sur les deux prochaines années, une réduction supplémentaire de 800 millions de ses investissements et des cessions d'un montant total de quatre milliards d'ici fin 2021.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/10/2020

Au 3e trimestre 2020, le chiffre d'affaires de Guillemot Corporation progresse de 85% à 39,3 millions d'euros...

Publié le 29/10/2020

Le carnet de commandes recule mais reste ferme avec 39 mois d'activité sécurisés...

Publié le 29/10/2020

Le Groupe Gaussin a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 3,02 millions d'euros au cours du 1er semestre 2020 (2,2 ME au 30 juin 2019), soit une...

Publié le 29/10/2020

Jean-François Potiez est responsable actuellement au sein de la Direction de l'Offre Financière et des Etudes Patrimoniales du Groupe UFF...

Publié le 29/10/2020

Sword Group annonce la signature de nouveaux contrats pour sa filiale Tipik by Sword, à hauteur de 19,2 millions d'euros, ainsi que la réactivation...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne