En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 189.62 PTS
+0.32 %
5 195.50
+0.46 %
SBF 120 PTS
4 165.13
+0.58 %
DAX PTS
11 824.46
+0.41 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.156
-0.12 %

Un mouvement de panique exagéré sur le marché obligataire italien?

| Boursier | 157 | Aucun vote sur cette news

La chute des marchés obligataires italiens est clairement exagérée...

Un mouvement de panique exagéré sur le marché obligataire italien?
Credits Reuters

Le récent mouvement de panique sur les marchés obligataires italiens est clairement exagéré. Si tous les acteurs de la finance ne partagent pas cet avis, quelques-uns des plus grands gestionnaires d'actifs au monde sont sur la même longueur d'onde et ont profité de l'occasion pour renforcer leurs positions.

"Le mouvement est complètement fou", affirme à Bloomberg, Kacper Brzezniak, gestionnaire de portefeuille chez Allianz, dont la société gère 524 milliards d'euros d'actifs dans le monde. "C'est motivé par la peur, la liquidité et les stop-loss. Ce sont exactement les moments où les investisseurs peuvent se positionner et obtenir de bons rendements à long terme". Il y a quelques mois à peine, l'Italie parlait d'émettre une monnaie parallèle, de quitter l'euro et de cibler un déficit de plus de 3% sur les marchés. Donc, la réaction des marchés suite aux 2,4% au lieu des 2% prévus "n'a aucun sens" pour le spécialiste. "Tout ça, c'est du bruit... Je serais surpris si cela restait un problème dans quelques mois".

UBS Wealth, qui gère plus de 2.000 Mds$ d'actifs, a commencé cette semaine à surpondérer les obligations d'État à deux ans par rapport aux liquidités, sachant qu'il n'y a "qu'une très faible probabilité" que Rome fasse défaut sur sa dette au cours des deux prochaines années, a déclaré à l'agence, le directeur des investissements, Mark Haefele. Tout en restant prudent sur la dette italienne à long terme, M.Haefele estime que la récente chute offre une opportunité "attrayante".

Tout le monde n'adhère toutefois pas à cet optimisme. James Athey, un gestionnaire de fonds chez Aberdeen Standard Investments, affirme qu'il est toujours 'short' sur l'Italie, alors que la cible de 2,4% du gouvernement de coalition est basée sur des hypothèses "agressives" alors que la croissance ralentit. "Il est difficile de voir où est la bonne nouvelle... Étant donné que la Commission européenne a déjà adopté un ton belliqueux, le potentiel pour des positions enracinées et une rhétorique agressive est élevé. Je m'attends à ce que les agences dégradent la note de l'Italie".

Le marché obligataire italien a connu un gros coup de chaud en début de semaine, le rendement de l'emprunt d'Etat à 10 ans s'envolant de 144 points de base, à 3,46%. Un niveau plus observé depuis mars 2014. L'annonce par la coalition formée par la Ligue d'extrême droite et le Mouvement 5 Etoiles d'un déficit budgétaire à 2,4% du PIB au cours des trois prochaines années avait mis le feu aux poudres. Sous la pression de Bruxelles, le gouvernement a depuis revu ses plans, visant désormais un déficit de 2,1% du PIB en 2020 et 1,8% en 2021, après 2,4% en 2019. Une révision qui n'empêche pas une nouvelle hausse du rendement des BTP italiens à 10 ans ce matin, autour des 3,35%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

CIS enregistre au troisième trimestre 2018 un chiffre d’affaires, à taux de change constant, de 54 millions d'euros contre 60 millions d'euros, un an plus tôt. Les impacts de change, qui sont en…

Publié le 17/10/2018

Argan, foncière de développement et location d’entrepôts, annonce la livraison d’une nouvelle plateforme logistique de 13 000 m², située sur la commune de Meung-sur-Loire, à une vingtaine de…

Publié le 17/10/2018

Oxatis, annonce aujourd'hui l'acquisition de la société PowerBoutique, spécialiste français du SaaS e-commerce...

Publié le 17/10/2018

SEB a annoncé la nomination de Stanislas de Gramont au poste de Directeur général délégué. Il prendra ses fonctions le 3 décembre 2018. Il sera rattaché au Président-directeur général…

Publié le 17/10/2018

Bouygues UK, filiale britannique de Bouygues Construction, et l’Université de Cambridge ont signé un contrat pour la construction du laboratoire de physique Cavendish III et d’un centre voisin…