Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 427.02 PTS
-1.15 %
7 474.50
-0.8 %
SBF 120 PTS
5 630.19
-1.13 %
DAX PTS
18 298.72
-0.48 %
Dow Jones PTS
40 216.90
+0.91 %
19 117.60
+0.45 %
1.085
+0.13 %

Un marché obligataire souverain bouleversé par la crise politique en France

| Boursier | 173 | 3.67 par 3 internautes

Incertitude oblige...

Un marché obligataire souverain bouleversé par la crise politique en France
Credits Stéphane Le Mouton-POOL/SIPA

L'incertitude politique qui règne en France depuis l'annonce d'élections législatives anticipées est en train de bouleverser le marché obligataire souverain européen. Les obligations françaises, traditionnellement considérées comme l'un des actifs les plus sûrs de la zone euro, se sont vendues si fortement depuis que le président Emmanuel Macron a dissous l'Assemblée Nationale dimanche que certaines offrent désormais un taux plus élevé que la dette du Portugal et à peine quelques points de base de moins que celles émises par l'Espagne.

Comme le note 'Bloomberg', la deuxième économie de la zone euro se retrouve ainsi désormais sur un pied d'égalité avec des économies moins bien notées qui étaient si endettées qu'elles menaçaient de faire tomber la zone euro il y a une petite décennie. Au plus fort de la crise, il y a plus de dix ans, les obligations portugaises à 10 ans rapportaient environ 14 points de plus que la dette française. "Cela nous rappelle que la politique et les perspectives budgétaires comptent toujours", explique à l'agence Jan von Gerich, chef analyste chez Nordea. "Les risques politiques semblaient avoir été presque oubliés sur les marchés obligataires de la zone euro".

La décision du président français de convoquer un vote anticipé dimanche vise à bloquer l'accès au pouvoir de Marine Le Pen après la défaite écrasante de son parti aux élections législatives européennes mais interroge et inquiète la communauté financière. Les investisseurs se demandent désormais quelle trajectoire vont prendre les finances publiques déjà tendues et l'avenir du programme présidentiel favorable aux entreprises.

Dans ce sens, Fitch Ratings expliquait hier que la décision d'Emmanuel Macron accroît l'incertitude concernant la trajectoire d'assainissement budgétaire du pays et les perspectives de nouvelles réformes économiques : "si aucun parti ne remporte la majorité absolue, on ne sait pas exactement à quoi ressemblerait un éventuel gouvernement de coalition et quelle serait sa stabilité. L'élection pourrait déboucher sur une " cohabitation ", où le président et le premier ministre seraient issus de partis opposés. Cela compliquerait l'élaboration des politiques, car la responsabilité de la politique économique et fiscale passerait de la présidence au parti ou au groupe politique le plus important de l'Assemblée nationale".

Bruno Le Maire a lui averti ce matin que la France serait plongée dans une crise de la dette similaire à celle déclenchée au Royaume-Uni il y a deux ans si Marine Le Pen remporte les élections législatives prévues pour la fin du mois et met en oeuvre son programme économique. "Une crise de la dette est possible en France, un scénario de Liz Truss est possible", a déclaré le ministre des Finances cité par 'Bloomberg', faisant référence à l'ancien Premier ministre britannique dont le court mandat a déclenché une vente massive d'obligations d'État.

Si l'heure est à l'accalmie ce mercredi avec un taux de l'OAT à 10 ans qui recule légèrement (-0,2 point à 3,223%), certains se demandent si la Banque centrale européenne pourra intervenir pour 'sauver le soldat France' en cas de nouvelles fortes tensions sur sa dette. Selon Chris Attfield, stratège taux européens chez HSBC, le dernier outil de la BCE pour contrôler les rendements des obligations d'État européennes " pourrait être paralysé " dans le cas de la France, si cela s'avérait nécessaire. Le 'Transmission Protection Instrument' (TPI) a été dévoilé par l'Institution de Francfort à l'été 2022 afin de lutter contre le risque de fragmentation au sein de la zone euro. Le spécialiste rappelle à l'agence qu'à l'époque "l'intervention de la banque centrale était nécessaire pour mettre le marché au pas" pendant la crise des gilts. Si la BCE dispose bien aujourd'hui de cet outil pour contrôler les spreads, le stratège affirme que son utilisation dans le cas de la France serait compliquée étant donné les conditions de conformité budgétaire et de viabilité de la dette.

"Même s'il y a de nombreux éléments en mouvement, une victoire du Rassemblement national de Marine Le Pen pourrait susciter des inquiétudes sur les marchés concernant l'indiscipline budgétaire et une confrontation avec la Commission européenne, ainsi que de nouvelles dégradations des notations de crédit et un élargissement des spreads de marché dus aux craintes en matière de durabilité". HSBC a abaissé sa conviction sur la France de légèrement haussière à légèrement baissière et relevé sa prévision du spread OAT-Bund à 10 ans à 65 points de base pour le troisième trimestre 2024, contre 55 pb précédemment.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du jeudi 18 juillet 2024 au mercredi 24 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 25/07/2024

A l'occasion de la publication de ses comptes du 1er semestre 2024, Vivendi fait le point sur l'étude de faisabilité du projet de scission annoncée le...

Publié le 25/07/2024

Dans le cadre de sa stratégie de gestion proactive de sa dette, le Groupe Bastide annonce avoir conclu ce jour un nouveau contrat de financement d'un...

Publié le 25/07/2024

Après deux agréments obtenus en fin d'année dernière et début 2024...

Publié le 25/07/2024

Crédit Agricole Immobilier et Nexity sont entrés en négociations exclusives en vue de l'acquisition de Nexity Property Management par Crédit Agricole...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/07/2024

Sur le plan statistique : France : 8H45 Créations d’entreprises au mois de juin Enquête mensuelle de conjoncture dans le commerce de détail et le commerce et la réparation automobiles de…

Publié le 25/07/2024

La Bourse de Paris a enregistré une nouvelle séance de baisse, pénalisée par les résultats de LMVH qui a entraîné le secteur du luxe dans le rouge. 

Publié le 25/07/2024

Lectra publie une hausse de 9% de son chiffre d'affaires au premier semestre, le groupe citant une amélioration de ses fondamentaux et l'intégration...

Publié le 25/07/2024

A l'occasion de la publication de ses comptes du 1er semestre 2024, Vivendi fait le point sur l'étude de faisabilité du projet de scission annoncée le...

Publié le 25/07/2024

Publication des résultats S1 2024 Bourse Direct annonce des résultats en forte croissance avec un PEB S1 de 38,4 M€ (+14,2%) et un PNB de 36,0 M€ (+15,8%). Le REX de la…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne