En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.43 PTS
-
5 416.00
-
SBF 120 PTS
4 333.74
-
DAX PTS
12 561.02
+0.16 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
-0.24 %
Nikkei PTS
22 644.05
+0.21 %

Telecom Italia pourrait supprimer 7.000 postes sur 50.000

| Boursier | 224 | Aucun vote sur cette news

L'opérateur transalpin prépare une cure d'amaigrissement...

Telecom Italia pourrait supprimer 7.000 postes sur 50.000
Credits Telecom Italia

Telecom Italia pourrait supprimer près de 14% de ses effectifs italiens, soit 7.000 emplois, a indiqué une source au fait de l'affaire à l'Agence Bloomberg. Des discussions ont démarré avec les représentants du personnel. D'après l'informateur, la baisse d'effectifs pourrait passer par 4.000 départs anticipés à la retraite et 3.000 départs volontaires étalés sur trois ans. 2.000 embauches de jeunes seraient prévues en parallèle, mais sur des postes créés en réduisant le temps de travail de 3.000 salariés. Une réunion serait prévue le 18 janvier pour examiner le dispositif. L'une des sources de Bloomberg a précisé que Telecom Italia envisageait une enveloppe de 700 millions d'euros pour gérer les 4.000 retraites anticipées. Un plan stratégique pour la période 2018 à 2020 doit être dévoilé le 6 mars prochain. L'opérateur historique transalpin employait 50.488 personnes fin septembre dernier.

Le sujet 'TI' est d'autant plus sensible en Italie que le dossier est au coeur de la guerre franco-italienne déclenchée par Vivendi. Le groupe de Vincent Bolloré est le premier actionnaire de la société avec près de 24% des titres. Il a en outre poussé à la nomination d'Arnaud de Puyfontaine à la présidence, lui qui préside déjà Vivendi, et Amos Genish à sa direction générale. Une procédure a été par ailleurs enclenchée par Rome au motif que le Français n'a pas notifié dans les règles l'influence qu'il exerce sur l'opérateur.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

L'étude permettait d'étudier la faisabilité et la facilité d'utilisation et la satisfaction des patientes utilisant eCO...

Publié le 16/07/2018

Myrian 2.4 intègre de nouveaux outils de diagnostic exclusifs...

Publié le 16/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/07/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 16/07/2018

"Ces partenariats sont construits en conformité avec les règles du droit de la concurrence", assure Carrefour...