5 399.45 PTS
-0.51 %
5 385.5
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 304.48
-0.47 %
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 758.07
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Telecom Italia : le gouvernement italien hausse le ton face à Vivendi

| Boursier | 415 | Aucun vote sur cette news

Rome va scruter à la loupe les conditions de la montée en puissance du français dans l'opérateur transalpin...

Telecom Italia : le gouvernement italien hausse le ton face à Vivendi
Credits Telecom Italia

Irrité par la nationalisation de STX au détriment de Fincantieri, Rome n'a pas tardé à prendre des représailles à l'égard des intérêts français. Mercredi, au lendemain de la visite du ministre français Bruno Le Maire, le gouvernement italien a demandé l'ouverture d'une enquête pour examiner les conditions de la montée en puissance de Vivendi chez Telecom Italia. Rome souhaiterait vérifier que le groupe de Vincent Bolloré a respecté ses obligations d'informations légales, notamment lors de la nomination, le 28 juillet dernier, d'Amos Ganesh à la direction générale de l'opérateur.

Devant les députés Carlo Calenda, ministre du développement, a par ailleurs montré sa détermination à protéger les intérêts de l'Italie dans ce dossier jusqu'à bloquer, le cas échéant, la prise de pouvoir du groupe de médias français dans l'opérateur transalpin. "L'Italie fera valoir ses droits avec intransigeance", a indiqué le ministre aux parlementaires.

Simple gesticulation ? Pas vraiment... Thomas Coudry, analyse à Bryan Garnier, rappelle que, même sans posséder aucune action dans Telecom Italia, l'Etat italien dispose un droit de véto dans chaque résolution, action ou transaction qui aurait pour effet de modifier la propriété, le contrôle ou la disponibilité d'actifs stratégiques, dont l'opérateur national fait partie en raison de l'importance de l'accès à son réseau fixe. Quoi qu'il en soit, Thomas Coudry estime que l'animosité du gouvernement italien à l'égard du premier actionnaire de Telecom Italia ne fait que détériorer la visibilité sur les perspectives de l'opérateur historique et repousser le regain d'intérêt des investisseurs pour le titre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS