5 396.44 PTS
+0.18 %
5 395.0
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 299.70
+0.10 %
DAX PTS
13 124.53
+0.01 %
Dowjones PTS
24 386.03
+0.23 %
6 393.89
+0.78 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Société Générale durcit sa réorganisation en France en fermant 300 agences

| Boursier | 165 | Aucun vote sur cette news

La banque a présenté son plan 2020 en amont de la journée investisseurs qui se tient aujourd'hui. Le groupe a peine à convaincre ces derniers mois.

Société Générale durcit sa réorganisation en France en fermant 300 agences
Credits Reuters

La Société Générale est attendue au tournant ce matin par les investisseurs. La banque française va détailler son plan stratégique pour la période 2018-2020, alors qu'elle est plutôt au creux de la vague par rapport à ses homologues en bourse : depuis la fin 2015, son cours est étale alors que BNP Paribas, Crédit Agricole et Natixis ont progressé de 20 à 30%.

Mais de suspense sur la teneur du projet, il n'y aura pas, puisque le groupe en a révélé dès hier soir les grandes lignes. Au passage, il en a profité pour annoncer un nouveau tour de vis dans son réseau physique en France, où la concurrence fait rage. Le projet est décrit comme une façon de "d'accélérer la montée en expertise et l'agilité de son organisation au service de l'ensemble de ses clients". La réalité est plus terre à terre, avec 900 suppressions de postes en vue en plus des 2.550 déjà annoncés en 2016. A l'horizon 2020, la banque rouge et noire comptera donc 3.450 personnes en moins dans son réseau hexagonal par rapport aux effectifs 2016. Elle table sur la mobilité interne, les départs naturels et les départs négociés pour alléger sa masse salariale. Le plan a été présenté hier aux représentants des salariés. Le nombre d'agences passera de 2.000 à 1.700 entre 2017 et 2020, tandis que les plateformes de back-office passeront de 20 à 14. Les processus internes "front to back" seront automatisés à 80% dans trois ans. Financièrement, le durcissement de la réorganisation entraînera des surcoûts. Société Générale a prévu de prendre une charge exceptionnelle de 400 millions d'euros dans ses comptes du 4ème trimestre 2017 (elle comprend aussi des investissements accrus dans les dispositifs de conformité). Elle devra aussi retrancher environ 170 ME de ses résultats pour tenu compte des dernières évolutions fiscales, soit un total de -570 ME.

Dividende plancher et hausse des ratios de rentabilité au programme

Le plan stratégique lui-même, baptisé "Transform to Grow" (Transformer pour Croître"), vise à remplir huit objectifs financiers en 2020, notamment un ROTE de 11,5% (soit 10% de ROE, contre 7,8% en 2016) et un ratio CET1 non phasé supérieur ou égal à 12%. Un neuvième objectif a été assigné pour appâter l'actionnaire, celui d'un dividende en hausse progressive, avec un plancher de 2,20 euros par action dès 2017. Le taux de distribution sera fixé à 50%. Pour y parvenir, Société Générale veut renouer avec la croissance de ses revenus, 3% en moyenne par an, tout en gérant strictement ses risques et en achevant le travail réalisé sur les actifs trop petits ou sans synergies.

L'établissement piloté par Frédéric Oudéa consacre aussi un volet au contrôle interne, qui sera renforcé, "notamment de la fonction conformité", afin d'atteindre les standards les plus élevés du secteur bancaire. Il va aussi poursuivre le déploiement de son programme "Culture et Conduite" et "aligner le développement de ses activités avec ses objectifs en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale". Les engagements sur la conformité interviennent alors que la banque rouge et noire est sous le coup de plusieurs procédures qui pourraient aboutir à d'importantes amendes, notamment dans le monde anglo-saxon. Une épée de Damoclès qui explique aussi une certaine défiance des investisseurs ces derniers mois. Mais dans les communiqués publiés hier soir, le management n'évoque pas cette question en des termes plus précis. En début de mois, il avait indiqué espérer trouver rapidement un accord avec les autorités américaines dans les litiges LIA et IBOR. Les provisions pour litiges atteignaient 2,2 MdsE au 30 septembre dernier dans les comptes après avoir été abondées de 300 ME sur le dernier trimestre écoulé.

Conservateurs, les objectifs

"Les objectifs sont entre 2 et 4% au-dessus du consensus", estime Maxence Gouvello du Timat, chez Jefferies, qui recommande à ses clients d'acheter le titre en visant 60,40 euros, mais qui ne s'attend pas à des étincelles à court terme, du moins pas tant que les gros contentieux seront toujours pendants. Les objectifs du plan 2020 sont plus conservateurs que prévu, avec des synergies de coûts plus importantes et une croissance des revenus plus faible que ce qui était escompté, souligne l'analyste, qui y voit finalement un mal pour un bien, car la direction est moins dépendante des cycles pour atteindre ses objectifs. Ceci dit, il faudra sans doute attendre au moins le mois de mai prochain pour constater les premiers effets du plan, avec un quatrième trimestre 2017 qui s'annonce particulièrement médiocre, prévient le spécialiste, plutôt satisfait, donc, en première lecture, des propositions de la SocGen. RBC Capital Markets (performance sectorielle), JP Morgan et Morgan Stanley (surpondérer) ont maintenu recommandations et objectifs à la lecture des premiers éléments du plan.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Voltalia annonce la nomination de Pierre-Jérôme Desmarquest au poste de directeur de l'activité exploitation et maintenance...

Publié le 12/12/2017

Visiomed a participé au 8ème 'Investor Summit' organisé par Cegedim, devant un parterre d'investisseurs institutionnels et d'analystes financiers...

Publié le 12/12/2017

Communiqué de presse Bruxelles, le 12 décembre 2017     Les start-ups Communithings, Zembro et Charlie24 officiellement sélectionnées pour intégrer la première saison d'Orange…

Publié le 12/12/2017

D'après les chiffres de Médiamétrie...

Publié le 12/12/2017

Le groupe prend des engagements pour l'avenir et réduit son exposition passée...

CONTENUS SPONSORISÉS