En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
-
5 568.00
-
SBF 120 PTS
4 390.49
-
DAX PTS
12 289.40
+0.24 %
Dowjones PTS
27 171.90
+0.07 %
7 905.12
+0.90 %
1.120
-0.04 %

Renault : Macron ne veut rien lâcher sur la participation de l'Etat

| Boursier | 210 | 3 par 1 internautes

Alors que la participation de l'Etat français au capital de Renault, à hauteur de 15%, est de plus en plus pointée du doigt par les dirigeants de...

Renault : Macron ne veut rien lâcher sur la participation de l'Etat

Alors que la participation de l'Etat français au capital de Renault, à hauteur de 15%, est de plus en plus pointée du doigt par les dirigeants de Nissan et a été vilipendée par les petits actionnaires nippons lors de la dernière AG de Nissan, Emmanuel Macron a mis les pieds dans le plat en déclarant aujourd'hui que rien ne justifiait une baisse de la participation de l'Etat français au capital de Renault.

En déplacement au Japon pour un sommet du G20 prévu vendredi et samedi, le président français a souhaité que l'alliance Renault-Nissan oeuvre à un renforcement de ses synergies et l'a invité à maintenir sa stabilité et à renforcer ses synergies, estimant que l'avenir passait par une intégration accrue afin que Renault-Nissan occupe une place de leader dans les véhicules électriques et dans les véhicules autonomes.

Ces déclarations concernant la participation de l'Etat français paraissent contradictoires avec celles faites il y a quelques semaines par son ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, selon lequel l'Etat français pourrait réduire sa part dans Renault si cela permettait de renforcer l'alliance avec Nissan.

Emmanuel Macron a par ailleurs jugé que la situation de Carlos Ghosn était un cas individuel qui ne devrait pas avoir de conséquences pour l'alliance Renault-Nissan.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

Le groupe Bourbon a demandé la suspension de la cotation...

Publié le 22/07/2019

Stentys a échoué dans le processus de recherche de partenaire stratégique

Publié le 22/07/2019

La progression de 31,9 ME par rapport au même trimestre de l'exercice précédent est la conséquence d'une amélioration des recettes dans l'ensemble des secteurs d'activité...

Publié le 22/07/2019

"Les platesformes d'automatisation intelligente tout-en-un et disponibles sur le cloud représentent de nouvelles opportunités pour le marché de l'automatisation"...

Publié le 22/07/2019

CFI n'envisage pas de développer une quelconque activité opérationnelle au sein de CFI...