Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 169.41 PTS
+0.06 %
6 190.50
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 860.69
-0.01 %
DAX PTS
15 234.16
+0.21 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0.89 %
13 845.06
+0.63 %
1.190
-0.01 %

Renault : les candidats au départ volontaire ne se bousculent pas au portillon

| Boursier | 464 | 4 par 1 internautes

Dans le sillage des constructeurs allemands, Renault grimpe encore de 3,3% à 41 euros ce jeudi matin...

Renault : les candidats au départ volontaire ne se bousculent pas au portillon
Credits Renault

Dans le sillage des constructeurs allemands, Renault grimpe encore de 3,3% à 41 euros ce jeudi matin. Le groupe au losange aurait pourtant du mal à réduire ses effectifs en France car peu d'employés accepteraient de quitter l'entreprise via le programme de départs volontaires mis en place par la société.

Seulement 300 personnes environ ont validé leur départ dans le cadre de ce programme lancé l'année dernière, ce qui est bien inférieur à l'objectif de 1.900 personnes, selon Guillaume Ribeyre, un représentant du syndicat CFE-CGC, cité par 'Bloomberg'. Renault a commencé à offrir des incitations au départ en décembre et les salariés ont jusqu'au mois de septembre pour accepter ce plan.

Renault a annoncé l'an passé un vaste projet de restructuration avec pour objectif de réaliser une économie de plus de 2 milliards d'euros sur 3 ans et de constituer les bases d'une nouvelle compétitivité. Ce plan passe notamment par la suppression de près de 15.000 postes, dont 4.600 en France. Outre les départs volontaires, ce projet d'ajustement des effectifs s'appuie sur des mesures de reconversion, de départs naturels ou en retraite anticipée et de mobilité interne. Le mois dernier, la directrice générale adjointe du groupe, Clotilde Delbos, a déclaré que Renault "progressait bien" sur le plan mais a refusé de donner davantage de détails.

Avec l'État français comme premier actionnaire, Renault aurait dû mal à faire passer l'idée de licenciements secs alors que l'entreprise a bénéficié de plusieurs aides pour faire face à la crise, dont un prêt de 5 milliards d'euros garanti par l'État. Le mois dernier, Renault a prévenu que 2021 serait une autre année difficile en raison de la pandémie de Covid-19 et de la pénurie de semi-conducteurs qui entravent la production automobile mondiale. Fortement affecté par la crise actuelle, le constructeur a essuyé un déficit net record l'an passé à 8,05 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de 21,7% à 43,5 milliards d'euros (-18,2% à taux de change comparables).

Lors de la conférence de présentation des comptes, Luca de Meo a indiqué avoir choisi de ne pas donner de prévisions pour 2021 en raison du manque de visibilité et du maintien des mesures de confinement dans plusieurs pays. Le patron de Renault a précisé que le groupe avait encore beaucoup de pain sur la planche avant de redresser sa performance financière de manière durable.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2021

Tessi a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 412,6 ME, en baisse de 2,3% à périmètre constant proforma...

Publié le 09/04/2021

GeNeuro a fait le point vendredi soir sur sa situation financière pour le premier trimestre 2021. A fin mars, la trésorerie du groupe s’élevait à 4,8 millions d’euros. « Le montant total…

Publié le 09/04/2021

Carmat a émis une deuxième tranche de 650 000 bons de souscription d'actions (BSA) dans le cadre de la ligne de financement en fonds propres Kepler Cheuvreux. Le 27 septembre 2018, la medtech a mis…

Publié le 09/04/2021

New Port, la société de cadres présidée par Alain Dinin, a cédé aujourd'hui 1,2 millions d'actions Nexity, soit 2,14% du capital, ce qui ramène ainsi sa participation au capital de Nexity à…

Publié le 09/04/2021

Bigben Interactive a annoncé la mise en place d'un nantissement au bénéfice des porteurs d'obligations échangeables en actions de la société Nacon tel que prévu lors de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne