En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 941.42 PTS
+0.34 %
4 925.0
+0.32 %
SBF 120 PTS
3 937.69
+0.35 %
DAX PTS
11 133.51
+0.61 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.141
+0.36 %

Réforme Trump, le Jackpot fiscal pour Apple ?

| Boursier | 1120 | Aucun vote sur cette news

La réforme Trump pourrait convaincre Apple de rapatrier des dizaines de milliards de dollars aux Etats-Unis, grâce à une charge fiscale réduite...

Réforme Trump, le Jackpot fiscal pour Apple ?
Credits Bonhams

Le principal bénéficiaire de la réforme fiscale de Donald Trump s'appelle Apple, selon les calculs réalisés par le 'Financial Times', aidé par des experts en fiscalité. Pour l'entreprise californienne, la "révolution" prévue par le président américain serait synonyme de 47 milliards de dollars "d'économies" fiscales, une somme colossale qui s'explique par le taux d'imposition réduit sur les sommes qu'Apple loge actuellement hors des Etats-Unis.

Les travaux du 'FT' reposent sur les 252 Mds$ que le Californien possède en actifs et investissements hors des Etats-Unis, qui ne sont pas rapatriés pour éviter de payer la taxe actuelle à 35%. La proposition des Républicains de Trump vise à taxer à 14,5% les gains, qu'ils soient ou non ramenés sur le territoire américain. Donc sous le régime actuel, Apple aurait à verser 78,6 Mds$ pour assurer le retour des fonds. Le Trésor américain n'en verra toutefois jamais la couleur puisque l'entreprise n'a pas l'intention de lui faire cadeau du tiers de sa manne. Avec le nouveau taux d'imposition, ce montant se "limiterait" à 31,4 Mds$. Ou 29,3 Mds$ si la Commission européenne parvient à gagner son bras de fer avec l'Irlande sur le régime fiscal jugé illégal dont bénéficie le créateur de l'iPhone. Dans le meilleur des cas, un différentiel d'environ 47 Mds$ donc (78,6 - 31,4), "un chiffre qui dépasse les bénéfices de n'importe quelle autre entreprise américaine", écrit le quotidien financier britannique.

La tentation du retour

Jusqu'à présent, les dirigeants d'Apple ont laissé entendre qu'un peu moins de la moitié des réserves détenues à l'étranger (123,6 Mds$) étaient "rapatriables". Ils n'ont d'ailleurs aucun tabou vis-à-vis de ces sommes colossales et de leur stratégie par rapport aux autorités américaines. Le groupe publie régulièrement à l'adresse de ses actionnaires les montants en jeu en cas de retour des fonds aux Etats-Unis et a même provisionné 36,4 Mds$ pour y faire face. Mais le management a aussi affirmé qu'un régime fiscal plus favorable le pousserait à accroître la part "rapatriable" de façon substantielle. Les analystes estiment généralement que la plupart des sociétés américaines qui disposent d'importants avoirs liquides à l'étranger devraient les rapatrier en grande partie, si les conditions fiscales devenaient vraiment favorables.

Si les chiffres du 'FT' sont bons et si la réforme est votée dans les termes actuels, Apple réduirait non seulement sa facture fiscale théorique mais encore pourrait comptabiliser une plus-value exceptionnelle : sa provision fiscale actuelle de 36,4 Mds$ est en effet supérieure aux 31,4 Mds$ d'imposition calculés par le journal britannique...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Les marchés actions européens rebondissent timidement à l'approche de la mi-séance. Les investisseurs sont rassurés par la bonne orientation du pétrole après sa chute de près de 7%…

Publié le 21/11/2018

Alors que la guerre des prix fait rage dans les télécoms, la possibilité d'une éventuelle consolidation du marché se pose. "On a atteint des pratiques de marchés sans équivalence en Europe",…

Publié le 21/11/2018

Lectra s'adjuge 2,4% à 18,8 euros alors que le groupe a livré au groupe autrichien iSi Automotive une machine FocusQuantum FT6K...

Publié le 21/11/2018

Mais la situation pourrait évoluer

Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 20 novembre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley & Co...