En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 836.39 PTS
+1.98 %
4 831.5
+2.05 %
SBF 120 PTS
3 845.39
+2.01 %
DAX PTS
10 827.04
+1.93 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.22 %

Octobre, mois de tous les dangers en bourse?

| Boursier | 381 | 4 par 1 internautes

Le mois d'octobre a une réputation assez négative pour les boursicoteurs. Image réelle ou trompeuse?

Octobre, mois de tous les dangers en bourse?
Credits Reuters

Le mois d'octobre est souvent considéré comme celui de tous les dangers en bourse. Il faut dire que quelques-uns des plus grands krachs ont eu lieu au cours de ce mois. On citera par exemple ceux de 1929, de 1987 ou de 2008. Pourtant, contrairement à une idée largement répandue, octobre ne rime pas automatiquement avec catastrophe boursière. Statistiquement, octobre est d'ailleurs loin d'être le plus mauvais mois de l'année. Aux Etats-Unis, octobre est même la période où les investisseurs ont enregistré leur meilleure performance au cours des vingt dernières années. Le Dow Jones Industrial Average affiche en effet une hausse moyenne de 2,5% sur le mois.

Les aficionados de l'effet 'Mark Twain' selon lequel "Octobre est un des mois les plus dangereux pour spéculer en Bourse" devraient peut-être revoir leur copie. L'auteur avait toutefois précisé par la suite: "Les autres sont juillet, janvier, septembre, avril, novembre, mai, mars, juin, décembre, août et février". De quoi rappeler que la bourse reste un investissement à risque, et ce quel que soit le mois de l'année.

Quid de 2018 ?

Sans parler de krach, l'environnement actuel laisse penser qu'octobre 2018 sera difficile pour les marchés financiers. Entre la guerre commerciale mondiale menée par les Etats-Unis, les incertitudes liées au Brexit et à la situation financière de l'Italie, la crise dans certains pays émergents comme la Turquie et l'Argentine, l'envolée des cours du pétrole, les nuages sont nombreux à l'horizon. Reste un point important à noter. Lors des années où ont lieu les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, octobre est généralement le meilleur mois du millésime. Alors que le Dow Jones augmente en moyenne de 0,6% en octobre, il progresse de 3,1% lors des années marquées par les élections de mi-mandat ! Dans ces conditions, Wall Street pourrait bien poursuivre son ascension...

Octobre rime avec volatilité

Si l'histoire montre bien qu'octobre est loin d'être un mois 'noir', c'est en revanche la période de l'année où la volatilité est la plus forte. Depuis la création du DJIA en 1896, l'écart type des variations quotidiennes sur l'indice est de 1,44% en octobre contre une moyenne de 1,05% pour tous les autres mois. S'il semble évident de mettre en relation cette forte volatilité avec les krachs qui ont eu lieu au cours de ce mois, les spécialistes mettent plutôt en avant le fait qu'un grand nombre de marchés haussiers a débuté en octobre. Selon les données de Ned Davis Research, huit ont ainsi commencé au cours du neuvième mois de l'année, soit deux fois plus qu'au cours des 11 autres mois du calendrier.

Et en Europe ?

Alors que la bourse américaine affiche une hausse impressionnante depuis le début de l'année, les marchés européens sont plus à la peine. L'EuroStoxx50 perd environ 3,5% depuis le premier janvier, contre une hausse de près de 8% pour le Dow Jones et 16% pour le Nasdaq. Une divergence qui se reflète fortement dans la valorisation des deux zones géographiques. Selon Invest Securities, la décote entre l'Euro Stoxx et le S&P500 atteint désormais 22% sur la base du PE prospectif, un niveau proche des plus hauts historiques. Un écart conséquent qui semble appeler à diminuer. Reste à savoir si la réduction proviendra d'une baisse plus forte de Wall Street ou d'un rattrapage haussier des places du Vieux continent. En France, le CAC40 tentera de faire aussi bien que l'an dernier puisque l'indice parisien avait gagné 2,86% en octobre 2017.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

DECLARATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE AU 30 NOVEMBRE 2018   Article L. 233-8-II du Code de…

Publié le 11/12/2018

Société Européenne au capital de EUR 361 015 032 - 582 110 987 R.C.S Paris 30 avenue Montaigne - 75008 Paris         INFORMATION MENSUELLE RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE…

Publié le 11/12/2018

Les CDS à 5 ans du distributeur sont au plus haut...

Publié le 11/12/2018

Total, soutenu aujourd'hui par des avis acheteurs de Bank of America Merrill Lynch et Deutsche Bank en bourse, reprend 1,4% à 48,01 euros...

Publié le 11/12/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/143549/R/2228613/875251.pdf Information…