En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Nissan souhaite renforcer son pouvoir au sein de l'alliance avec Renault

| Boursier | 274 | Aucun vote sur cette news

Les spéculations autour de l'alliance entre Nissan et Renault vont bon train depuis l'arrestation de Carlos Ghosn au Japon...

Nissan souhaite renforcer son pouvoir au sein de l'alliance avec Renault
Credits Reuters

Les spéculations autour de l'alliance entre Nissan et Renault vont bon train depuis l'arrestation de Carlos Ghosn au Japon. Une des plus récurrentes prête au constructeur nippon l'intention de revoir la structure de l'actionnariat au sein de l'alliance afin de rééquilibrer la balance entre les deux groupes. Renault a en effet depuis de longues années plus d'influence sur Nissan que la société japonaise sur son partenaire français. Une situation qui ne plaît guère dans l'archipel. Selon une personne familière du sujet citée par 'Bloomberg', Nissan souhaiterait notamment modifier la répartition des droits de vote.

Renault détient 43% du capital de Nissan et a le droit de voter au sein du conseil d'administration, alors que le constructeur automobile japonais possède 15% du constructeur au losange mais n'a pas de droits de vote. Ce déséquilibre existe depuis la formation de l'alliance en 1999.

Loi en question

Mais selon la loi nippone, les droits de vote de Renault pourraient être annulés si Nissan venait à augmenter sa participation dans Renault à plus de 25%. A l'inverse, selon les règles françaises, si le groupe basé à Boulogne-Billancourt ramène sa participation dans Nissan à moins de 40%, le constructeur japonais obtiendra alors des droits de vote chez Renault.

Jefferies passe à l'offensive

Chez les analystes, on estime également que l'issue la plus probable suite à l'arrestation de Carlos Ghosn est un rééquilibrage des forces au sein de l'alliance. Jefferies pense pour sa part que Renault pourrait décider de réduire sa participation dans son partenaire jusqu'à 15%. Le broker, qui passe à l'achat sur Renault, explique qu'une vente de titres directement sur le marché, ou à Nissan, permettrait de réduire la décote dont souffre la valeur et offrirait au groupe des moyens pour redéployer son capital en interne ou réaliser des opérations de croissance externe.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...