En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-
4 138.00
-1.9 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Marchés : Donald Trump promet des initiatives de "grande ampleur"

| Boursier | 258 | 4.50 par 2 internautes

L'heure est au rebond sur les marchés ce mardi matin, le CAC40 remontant de près de 1,8% après son plongeon de plus de 8% hier, à l'image des indices...

Marchés : Donald Trump promet des initiatives de "grande ampleur"
Credits Reuters

L'heure est au rebond sur les marchés ce mardi matin, le CAC40 remontant de près de 1,5% après son plongeon de plus de 8% hier, à l'image des indices en zone Asie-Pacifique qui affichent des gains qui vont jusqu'à 3% à Sydney, en passant par des sursauts de +1,6% à Shanghai, +2,2% à Hong Kong, +2% à Singapour ou +1,06% à Tokyo... Après la dégringolade de 25% du pétrole hier dans le sillage du clash de l'OPEP+, le sursaut est aussi visible sur le pétrole de retour à plus de 37$ ce matin, tandis que les mesures de relance devraient se succéder au travers le monde d'un point de vue budgétaire et monétaire...

Le président américain Donald Trump a ainsi déclaré lundi soir qu'il rencontrerait ce mardi les républicains de la Chambre des représentants et le leader de la majorité républicaine au Sénat pour discuter d'une possible réduction de l'impôt sur les salaires et d'une aide "substantielle" que pourraient recevoir "ceux qui sont payés à l'heure" pour qu'ils ne soient pas pénalisés par la situation sanitaire. Donald Trump a également évoqué des prêts aux petites entreprises et a expliqué travailler de près avec les industries dans les secteurs aérien et hôtelier, ainsi qu'avec les croisiéristes, frappés de plein fouet par le coronavirus.

"Opération commando"

Plusieurs grands chefs d'entreprises seront aussi invités à la Maison blanche pour évoquer les pistes de relance économique pour contrebalancer les effets dépressifs de l'épidémie de coronavirus sur la croissance américaine.
Le président Trump compte ainsi prendre plusieurs mesures "de grande ampleur", qui seront détaillées ce mardi... Donald Trump a évoqué parmi les pistes de travail "une coupe possible dans les taxes salariales" qui doit être discutée avec les responsables du Congrès. "Nous allons également parler d'une aide aux personnes qui sont payées à l'heure" (...) "Je serai mardi après-midi pour vous informer sur les mesures économiques que nous prenons, qui seront majeures et de grande ampleur", a encore déclaré le président américain qui a estimé que le monde avait été pris de court par le coronavirus".

Pour le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, "les Etats-Unis ont l'économie la plus robuste du monde". De son côté, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a déclaré qu'il était "évident que de nouvelles mesures parlementaires allaient vite devenir nécessaires". Cette dernière a réitéré son appel à "prioriser la santé et la sécurité des travailleurs Américains sur les intérêts des entreprises".

En fin de semaine dernière, Donald Trump avait débloqué une aide d'urgence de 8,3 milliards de dollars pour le traitement et la prévention de la COVID-19...

Wall Street pris dans la tourmente

Hier soir, la Bourse de New York n'a pas vraiment fait mieux que ses homologues européennes et a plongé de plus de 7% lundi soir en clôture, les investisseurs cédant à la peur d'une récession à venir sous l'effet de la propagation du coronavirus Covid-19, qui paralyse de nombreux secteurs économiques, et de l'effondrement des cours du pétrole, qui menace les économies des pays producteurs de pétrole. Les taux d'intérêts souverains US ont dans le même temps plongé à des niveaux jamais vus, tandis que la volatilité a flambé.
A la clôture, l'indice Dow Jones a abandonné 7,79% à 23.851 points (-2.013 pts), tandis que l'indice large S&P 500 a chuté de 7,60% à 2.746 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, plonge de 7,29% à 7.950 pts.

Les indices américains ont ainsi vécu leur pire séance depuis la crise financière de 2008, et ont désormais perdu près de 20% par rapport à leur dernier sommet, ce qui les ferait entrer dans un marché baissier ("bear market").
Lundi, l'indice VIX de la volatilité (aussi appelé "l'indice de la peur") a flambé de 30%, pour approcher les 55 points, au plus haut depuis la crise des "subprimes" de 2008-2009... Le Vix avait culminé à environ 70 en octobre 2008, juste après la faillite de la banque Lehman Brothers, qui avait déclenché la crise financière.

Les banques centrales à la manoeuvre

Sur le marché des changes, l'euro est remonté sous les 1,14/$. Les investisseurs estiment que la Réserve fédérale américaine dispose en effet d'une marge de manoeuvre plus importante pour baisser ses taux d'intérêts directeurs que la BCE, qui se réunira jeudi pour décider des mesures de soutien à apporter à l'économie de la zone euro.
Rappelons que la Fed a déjà agi en urgence la semaine dernière en abaissant ses taux directeurs de 0,5 point et devrait encore en faire de même dans une semaine à l'occasion de la réunion de son conseil monétaire.

Récession mondiale ?

Les marchés craignent désormais que cette crise du Covid-19 n'entraîne une récession mondiale au premier semestre 2020. Shamik Dhar, chef économiste chez BNY Mellon Investment, estime ainsi qu'"un fort ralentissement de la croissance mondiale cette année semble probable, voire une récession mondiale au premier semestre".
De son côté, Joachim Fels, le conseiller économique en chef de Pimco, l'un des plus importants fonds d'investissements du monde, estime que le pire reste à venir pour l'économie mondiale. Interviewé dimanche par l'agence 'Bloomberg', il a notamment estimé que les Etats-Unis et l'Europe sont confrontés à la "possibilité réelle" d'une récession technique au cours du premier semestre. L'économiste a toutefois précisé que si l'épidémie de coronavirus atteint un pic dans les deux prochains mois, il est probable que la récession soit de courte durée...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Le rendez-vous de l'Opep+ sera ouvert à tous les producteurs, et pas seulement aux membres de l'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés habituels...

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend