En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.63 PTS
-0.36 %
5 414.00
-0.28 %
SBF 120 PTS
4 337.23
-0.22 %
DAX PTS
12 577.01
+0.29 %
Dowjones PTS
25 038.22
+0.08 %
7 379.23
+0.05 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Le PNF enquête lui aussi sur les relations entre Société Générale et la Libyan Investment Authority

| Boursier | 505 | Aucun vote sur cette news

Deux enquêtes ont été lancées en France...

Le PNF enquête lui aussi sur les relations entre Société Générale et la Libyan Investment Authority
Credits Reuters

La troisième actualisation du document de référence 2017 de la Société Générale, publiée hier, comprend une actualisation des risques et litiges auxquels fait face la banque française. On retrouve notamment le résumé du contentieux LIBOR, EURIBOR et BOR, mais aussi celui lié à la Libyan Investment Authority, qui a déjà coûté cher à l'établissement. Dans cette affaire, la Société Générale révèle qu'elle a reçu en septembre et octobre deux réquisitions judiciaires concernant ses relations avec l'Autorité dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le Parquet national financier français. Les documents demandés sont en cours de communication aux autorités, qui s'intéressent à d'éventuelles violations des lois anticorruption hexagonales.

En mai, la banque avait annoncé un versement de 963 millions d'euros pour clore une partie de son contentieux libyen au Royaume-Uni. La LIA avait assigné la Société Générale en mars 2014 devant les juridictions anglaises, concernant des financements souscrits antérieurement, sur fond d'accusation de corruption. Outre la procédure au Royaume-Uni, l'établissement a reçu fin 2016 des demandes de renseignements de l'autorité boursière américaine, la SEC, et du Département américain de la justice, sur des transactions avec plusieurs personnes morales et physiques en Libye, dont la LIA. L'accord transactionnel de 963 ME ne concerne que l'extinction de l'action britannique.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

"Immersion en pleine nature"...

Publié le 16/07/2018

Activité toujours en berne

Publié le 16/07/2018

Belle histoire...

Publié le 16/07/2018

Blockchain Game Summit...

Publié le 16/07/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…