En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.07 PTS
-
5 407.00
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 335.14
-
DAX PTS
12 686.29
-
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.165
+0.04 %

Le fonds souverain norvégien pourrait sortir de Total, TechnipFMC et consorts

| Boursier | 985 | 4 par 2 internautes

La Banque de Norvège recommande un arbitrage majeur...

Le fonds souverain norvégien pourrait sortir de Total, TechnipFMC et consorts
Credits Reuters

L'action Total, qui évoluait en hausse jusqu'à 14h00, a décroché à la Bourse de Paris, pour s'afficher dans le rouge en début d'après-midi, en retrait de -0,2% à 46,22 euros. La raison ? La Banque de Norvège a recommandé au gouvernement norvégien de retirer les actions pétrolières et gazières du fonds souverain du pays (GPFG, Government Pension Fund Global). Une façon, explique-t-elle, de réduire l'exposition du fonds à la volatilité du secteur, car le pays y est surexposé compte tenu de ses parts dans Statoil et dans le fonds. Et plus encore en intégrant l'évolution de la rente pétrolière norvégienne. Actuellement, les actions des secteurs pétroliers et gaziers représentent 6% de l'indice de référence utilisé par le GPFG, soit un peu plus de 300 milliards de couronnes (près de 31 milliards d'euros).

En France, le GPFG possède des participations dans des dizaines de société. Dans le secteur pétrolier et gazier au sens large, c'est-à-dire en considérant également les entreprises dont l'activité est indirectement corrélée avec l'industrie, en date du 31 décembre 2016, le fonds possédait 1,43% de CGG, 1,37% d'Engie, 0,69% d'Esso SAF, 1,01% de Maurel et Prom, 1,68% de GTT, 0,07% d'Heurtey Petrochem, 2,29% de Rubis, 2,25% de Technip, 1,62% de Total et 0,73% de Vallourec. Son investissement dans Total est de loin le plus important avec 2,02 milliards de dollars dépensés. Dans le portefeuille, Vallourec (industrielles), Rubis (utilités), GTT (industrielles) et Engie (utilités) ne sont pas considérées comme faisant partie du segment Oil & Gas, ce qui laisse les dossiers CGG, Esso, Maurel et Prom, Heurtey, Technip et Total susceptibles d'être frappés par les restrictions d'investissement.

Pas de panique à court terme en vue toutefois : la décision finale ne sera pas prise avant l'automne 2018.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Date : 7/20/2018Sous-jacent : Cac 40 (ISIN : FR0003500008).Warrant : Put 01IBB (ISIN : NL0012949598).Échéance : 19/10/2018Prix d'exercice : 5350,0000 Point pivot : 5447,00Notre préférence :…

Publié le 20/07/2018

Le groupe continue de surperformer le marché auto mondial...