En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
-
5 368.0
-
SBF 120 PTS
4 309.93
-
DAX PTS
12 157.67
-
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.167
+0.02 %

La tension monte autour de CGG

| Boursier | 638 | Aucun vote sur cette news

Une assemblée générale cruciale se prépare en octobre. Les syndicats montent au créneau...

La tension monte autour de CGG
Credits CGG

La CFDT a demandé au gouvernement d'apporter son soutien au plan de restructuration de la dette de CGG, pour éviter une catastrophe sociale. Les semaines à venir seront cruciales pour le spécialiste français de la géophysique, qui doit faire voter à ses actionnaires en octobre un plan qui ne leur laissera que des miettes du capital. Faute d'investisseurs, le seul moyen de désintéresser les créanciers sera d'échanger leurs titres contre des actions, beaucoup d'actions puisque la taille de la dette est sans commune mesure avec la capitalisation de la société. Et encore, tous les créanciers n'étant pas logés à la même enseigne, certains d'entre eux ont décidé d'attaquer les parités retenues dans le plan.

Les salariés, eux, tremblent pour l'avenir de leur entreprise, qui n'a pas dégagé de bénéfices depuis trois ans et qui se heurtera inévitablement à un mur de dette si rien n'est fait, la faute à une politique de croissance agressive juste avant que le marché ne se retourne. Fin 2016, la société comptait 5.766 employés permanents, 1.511 de moins que fin 2015 (7.277), dont 43% en Europe. Fin 2013, les effectifs étaient montés jusqu'à 9.688 personnes.

L'Etat est actionnaire de CGG. Au 21 juin dernier, le concert composé par IFP Energies Nouvelles et Bpifrance Participations possédait 9,84% du capital et 11,28% des droits de vote. Bpifrance détient la majeure partie des titres (9,35% du capital et 10,80% des droits de vote), ce qui en fait le plus important actionnaire de CGG. La banque publique avait participé à la levée de fonds précédente du groupe en 2016 ainsi qu'à celle de 2012, après son entrée en capital en 2010 (il s'agissait alors du Fonds stratégique d'investissement). Les 9,35% de Bpifrance ne valent plus que 10,4 ME, alors qu'ils ont coûté depuis 2010 quelque 284 ME. Ces seuls chiffres résument l'un des enjeux du vote sur la restructuration : les actionnaires doivent accepter un plan qui diluera encore un peu plus des avoirs déjà considérablement réduits, sans quoi ils pourraient perdre la totalité de ce qu'il leur reste. Ce faisant, ils sauveraient aussi sans doute plusieurs milliers d'emplois.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…