5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'implantation des filiales de Total "n'est pas dictée par des motivations fiscales"

| Boursier | 138 | Aucun vote sur cette news

Le groupe s'est défendu des accusations issues des "Paradise Papers"...

L'implantation des filiales de Total "n'est pas dictée par des motivations fiscales"
Credits Reuters

Total a été mis en cause pour des pratiques d'optimisation fiscale dans le cadre des travaux menés par les journalistes qui ont eu accès aux "Paradise Papers", ces documents issus des données d'un cabinet d'avocats spécialisé dans la défiscalisation à grande échelle, qui permettent de mieux comprendre les réseaux par lesquels des entreprises et de riches particuliers échappent à l'impôt. Le groupe pétrolier n'en fait pas partie, explique-t-il dans un communiqué en réponse aux critiques sur son implantation aux Bermudes. Il explique notamment que la création de ses filiales "n'est pas dictée par des motivations fiscales" mais répond "à des objectifs opérationnels", comme par exemple la tenue de comptes en dollars pour éviter les risques de change. Depuis 2012, Total s'est engagé "à ne pas créer de filiales dans des pays considérés comme des paradis fiscaux et à les quitter, pour les filiales existantes, à chaque fois que possible". Après ce ménage, il demeurait environ 13 filiales sur environ 30 à l'origine dans des paradis fiscaux, dont 10 pour lesquelles Total "n'est pas décisionnaire". Il en reste donc 3.

Le groupe se défend aussi, dans son communiqué, plus spécifiquement sur les projets Dolphin et Qatargas, qui ont été cités dans le cadre des "Paradise Papers". S'il confirme que les investissements étaient portés par des sociétés installées au Bermudes, il affirme que cela n'a permis aucune optimisation fiscale et que l'objectif poursuivi était de tenir les comptes en dollars. Ces filiales ont été transférées en France en 2015 dans le cadre des engagements pris en 2012.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS