En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 411.50 PTS
-0.02 %
5 414.50
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 337.18
+0.01 %
DAX PTS
12 364.53
+0.05 %
Dowjones PTS
25 187.70
+0.00 %
7 401.17
+0.00 %
1.139
-0.10 %

L'étau se resserre sur Lafarge en Syrie

| Boursier | 241 | Aucun vote sur cette news

Un rapport du SNDJ semble accabler le cimentier pour son comportement en Syrie...

L'étau se resserre sur Lafarge en Syrie
Credits Lafarge

Trois anciens salariés syriens de Lafage ont été entendus en France dans le cadre du dossier sur les conditions dans lesquelles la cimenterie de Jalabiya a pu continuer à fonctionner en dépit de la guerre qui sévissait dans le pays. Ces premières auditions par les magistrats en charge de l'enquête ont "confirmé le caractère accablant des éléments qui pourraient être retenus contre Lafarge", a indiqué à l'AFP l'avocate des trois syriens. Dans cette affaire, de lourds soupçons pèsent sur le cimentier, qui aurait continué à exploiter son installation malgré l'instabilité qui régnait dans la région, en versant de l'argent à des groupes djihadistes. C'est l'un des volets examinés par les juges d'instruction, dont l'enquête porte sur le financement d'une entreprise terroriste. L'autre concerne la mise en danger de la vie d'autrui.

L'un des enjeux de la procédure en cours est de déterminer dans quelle mesure les dirigeants, en France, étaient au courant des pots-de-vin, et jusqu'à quel niveau de hiérarchie. L'AFP, le Canard Enchaîné et Le Monde ont eu accès au rapport du Service national de douane judiciaire, mandaté par le Parquet pour enquêter. Le rapport conclut que la direction "a validé ces remises de fonds en produisant de fausses pièces comptables". Certains témoignages cités par les trois médias sont édifiants, comme celui de l'ancien directeur général adjoint opérationnel Christian Herrault, qui a reconnu que le groupe avait cédé à une économie de racket en payant un intermédiaire directement avec la trésorerie de l'usine. En outre, l'ancien patron de l'usine à partir de 2014, Frédéric Jolibois, a indiqué que Jalabiya achetait directement et illégalement du pétrole à des groupes locaux. Il a également précisé que les autorités françaises étaient informées via la DGSE et le Quai d'Orsay.

Les agissements de Lafarge à Jalabiya avaient été révélés en 2016 par une enquête du quotidien 'Le Monde'. Ils avaient contribué à provoquer d'importants bouleversements au sein de l'entreprise, alors en train de mener sa fusion avec Holcim, dont le départ du directeur général Eric Olsen, qui avait pris soin d'affirmer qu'il n'avait pas été impliqué dans le dossier syrien.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/08/2018

      HOPSCOTCH GROUPE   Information mensuelle relative au nombre total des droits de vote et d'actions composant le capital social   Article 223-16 du…

Publié le 14/08/2018

      HOPSCOTCH GROUPE   Information mensuelle relative au nombre total des droits de vote et d'actions composant le capital social   Article 223-16 du…

Publié le 14/08/2018

Ceconomy chute de 8,04% à 6,408 euros, signant un nouveau plus bas pour cette année. Alors que la publication de ses résultats du troisième trimestre n'a pas suscité beaucoup de réactions en…

Publié le 14/08/2018

WALT DISNEY COMPANY (HOLDING) constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call…

Publié le 14/08/2018

Excès baissier ?