5 267.29 PTS
+0.54 %
5 265.50
+0.67 %
SBF 120 PTS
4 208.23
+0.38 %
DAX PTS
12 600.03
+0.25 %
Dowjones PTS
22 379.86
-0.15 %
5 949.49
-0.40 %
Nikkei PTS
20 347.48
+0.00 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'antitrust trouve que Fnac Darty met du temps à céder ses magasins surnuméraires

| Boursier | 64 | Aucun vote sur cette news

Le régulateur n'avait réclamé que six cessions, mais seuls trois ont abouti.

L'antitrust trouve que Fnac Darty met du temps à céder ses magasins surnuméraires
Credits Darty

L'Autorité de la concurrence ne semble pas satisfaite de la façon dont la Fnac gère sa demande de cession de six magasins parisiens, qui avait conditionné le feu vert au rapprochement avec Darty voilà quelques mois. Dans un communiqué diffusé ce matin, le régulateur a expliqué avoir ouvert une procédure pour examiner les conditions de mise en oeuvre des cessions. Si la Fnac a cédé à Boulanger, les magasins Italie II et Vélizy II et à Cobrason celui de l'avenue de Wagram, les trois autres n'ont pas été vendus à la date-butoir du 31 juillet. Il s'agit des Darty de l'Avenue de Saint-Ouen et du Boulevard de Belleville et de la Fnac Baugrenelle. "Cette décision ne préjuge en rien des suites qui pourraient être données par l'Autorité, en fonction des pouvoirs que lui donnent les textes en matière de contrôle des concentrations", a précisé le régulateur.

En pareille situation, l'Autorité dispose de plusieurs outils si elle constate un manquement. Elle peut ainsi retirer sa décision initiale et demander une nouvelle notification. Mais aussi imposer sous astreinte à l'entreprise de se plier à ses obligations. Ou encore prononcer des injonctions se substituant aux engagements non réalisés, et enfin frapper la société au portefeuille, l'amende pouvant aller jusqu'à 5% du chiffre d'affaires France de la société concernée.

Des engagements réduits grâce aux vendeurs internet

En juillet 2016, l'antitrust français avait validé le mariage de la Fnac et de Darty, en réclamant la vente de six implantations à Paris et en Région parisienne, sur un total d'environ 400 dans l'hexagone. "La cession de ces six magasins à un ou plusieurs distributeurs en produits électroniques, garantiront au consommateur des alternatives crédibles, à même de maintenir des conditions tarifaires et de services concurrentielles à l'échelon local", expliquait alors l'Autorité. Le faible nombre de magasins avait surpris les observateurs, qui s'attendaient à des exigences bien plus élevées. Mais c'est essentiellement parce que pour la première fois, l'Autorité de la concurrence avait pleinement intégré les vendeurs internet dans son analyse approfondie. "La pression concurrentielle de la vente en ligne est devenue suffisamment importante pour être intégrée dans le marché pertinent", expliquait à cette occasion l'Autorité dans son argumentaire.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

I.Ceram a consacré 745 kE à ses efforts de R&D...

Publié le 21/09/2017

Le résultat net part du Groupe Frey ressort à 14,9 ME...

Publié le 21/09/2017

Par action la perte est de -0,38 euro (-1,77 euro au 30 juin 2016)...

Publié le 21/09/2017

Les dégâts matériels mineurs relevés seront tous couverts par les polices d'assurance du Groupe...

Publié le 21/09/2017

"Nous avions tous une profonde admiration pour Liliane Bettencourt qui a toujours veillé sur L'Oréal", dit Jean-Paul Agon...

CONTENUS SPONSORISÉS