5 279.78 PTS
-0.19 %
5 273.5
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 230.82
-0.20 %
DAX PTS
12 421.09
-0.53 %
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

J-11 avant l'assemblée générale d'Ubisoft

| Boursier | 325 | Aucun vote sur cette news

Le groupe attend de voir la réaction de Vivendi, qu'il appelle à la responsabilité.

J-11 avant l'assemblée générale d'Ubisoft
Credits Ubisoft

A l'approche de l'assemblée générale annuelle d'Ubisoft prévue le 22 septembre, les combattants fourbissent leurs armes. Le PDG fondateur Yves Guillemot reste déterminé à assurer l'indépendance de son entreprise face à Vivendi, avec qui il n'a toujours pas de contact, révèle-t-il dans un entretien accordé aux 'Echos' parus ce matin. Le dirigeant en profite pour rappeler que la résolution sur la rémunération des salariés en actions est cruciale pour conserver les talents clefs de la société. Si Vivendi s'abstient de voter avec ses 24,5% des droits de vote, le niveau des deux-tiers requis pour l'adoption risque de ne pas être atteint. "Cette année, Vivendi doit se comporter en actionnaire responsable. Ubisoft n'est pas un jouet, mais une équipe Olympique", indique Yves Guillemot dans les colonnes du quotidien financier, en référence à l'abstention de l'actionnaire l'année dernière, qui avait empêché l'adoption des résolutions nécessaires.

Vendredi soir, Ubisoft a annoncé (en signe de bonne volonté ?) le retrait de la résolution concernant la rémunération en actions des mandataires sociaux, qui portait sur un maximum de 0,14% du capital. "Le conseil d'administration a décidé de limiter dès cette année et pour les années à venir le nombre total d'actions gratuites susceptibles d'être attribuées à 1% du capital de la société", ont expliqué les administrateurs, qui ont en revanche confirmé que la 31ème résolution portant sur la rémunération en action des salariés à hauteur d'un maximum de 1% des actions leur tient particulièrement à coeur.

L'autre échéance importante que tous les analystes ont cochée, c'est le 20 novembre. A cette date, Vivendi obtiendra des droits de vote double sur les actions Ubisoft acquises initialement. De quoi lui faire franchir le cap de l'OPA obligatoire. Quelle sera alors la stratégie de l'actionnaire ? Lancer un raid coûteux à l'issue incertaine ? Placer une partie de ses titres au porteur ? Matérialiser sa (belle) plus-value ? Une certaine agitation est encore à prévoir sur le dossier durant l'automne.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

Sur cinq ans, les trois dossiers affichent un parcours remarquable...

Publié le 21/02/2018

Nouvelle journée de forte spéculation sur Gaussin...

Publié le 21/02/2018

Merck propose d'acquérir l'australien Viralytics pour 394 millions de dollars américains, soit 502 millions de dollars australiens. Le groupe pharmaceutique va payer en effet 1,75 dollar australien…

Publié le 21/02/2018

Le constructeur français utilise la plateforme C-V2X de l'Américain...

Publié le 21/02/2018

La société va devenir Qwamplify...

CONTENUS SPONSORISÉS