En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 451.59 PTS
+1.07 %
5 457.0
+1.18 %
SBF 120 PTS
4 365.94
+0.90 %
DAX PTS
12 326.48
+0.88 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+1.05 %
1.178
+0.90 %

Genomic Vision : compte-rendu du R&D Day du 16 octobre

| Boursier | 174 | Aucun vote sur cette news

Genomic Vision est revenue sur les travaux de recherche menés...

Genomic Vision : compte-rendu du R&D Day du 16 octobre
Credits Genomic Vision / Agnès Janin

Genomic Vision publie le compte-rendu de son second R&D Day qui a réuni, le 16 octobre 2017 à Paris, de nombreux clients, investisseurs, analystes et journalistes. Cette seconde édition avait pour objectif de faire un panorama complet des activités de la Société dans le domaine du marché de la recherche en science de la vie (LSR).

Lors de son allocution d'introduction, Aaron Bensimon, président et co-fondateur de Genomic Vision, a rappelé l'intérêt de la technologie du peignage moléculaire sur les marchés de la réplication de l'ADN et de l'édition du génome. "Notre entrée sur le marché du LSR, qui a débuté mi 2016 en visant à la fois la réplication de l'ADN et l'édition du génome, est venue compléter notre activité historique dans les tests de diagnostic in vitro. Aujourd'hui, nous sommes très fiers des résultats déjà obtenus à l'instar de notre coopération scientifique avec AstraZeneca pour la recherche de nouveaux traitements anticancéreux. Plus largement, notre technologie propriétaire semble particulièrement performante et appréciée de la communauté scientifique pour étudier la réparation des dommages subis par l'ADN dans le domaine de l'oncologie. Cela se vérifie aussi bien au niveau de la réplication que de l'édition du génome".

Le professeur Antonella Russo, de l'Université de Padova (Italie), et le professeur Alex Bishop, du Health Science Center de San Antonio (Université du Texas, Etats-Unis) ont témoigné de leur utilisation du peignage moléculaire dans le domaine de la réplication de l'ADN et de l'importance de pouvoir l'analyser : "Le peignage constitue un outil très prometteur pour le développement de nouvelles thérapies toujours plus ciblées car cette technologie fournit des données très utiles provenant de l'observation d'une molécule d'ADN entière. Cette caractéristique nous permet de mieux identifier et de comprendre l'origine de la réplication de l'ADN, sa multiplication et sa vitesse de réplication", ont-ils résumé.

Par la suite, Lucia Cinque, responsable de l'Innovation Produit chez Genomic Vision et Naranayan Gopalan, vice-président Disruptive Biologics au sein du cabinet Voisin Consulting Life Sciences, ont exposé le rôle du peignage moléculaire dans l'édition du génome. Lucia Cinque a exposé les travaux de recherche menés conjointement par Genomic Vision et le groupe américain Editas Medicine. "Nos recherches menées depuis un an ont été présentées en juillet dernier à la 3ème Conférence CSHL à New York. L'analyse par peignage moléculaire, qui permet une sensibilité élevée et aucun biais, s'est révélée essentielle pour compléter la cartographie des modifications génétiques induites par le système CRISPR/Cas9. En associant le peignage moléculaire aux technologies de référence dans le domaine, telles que le séquençage haut débit (NGS), il a été possible de détecter des évènements rares et d'atteindre des niveaux de caractérisation proches de 100%".

Naranayan Gopalan a précisé le contexte réglementaire strict qui s'imposera aux outils d'édition du génome souhaitant se positionner dans la thérapie humaine. "La nécessité d'un outil de contrôle qualité est indiscutable pour répondre aux enjeux réglementaires, cet outil devant permettre d'évaluer l'ensemble des effets de manière précise, fiable, complète et reproductible. Le simple examen clinique du bénéfice du traitement ne sera probablement pas suffisant pour les autorités de santé, ils devraient aussi vraisemblablement imposer un suivi sur le long terme des effets sur l'ADN".

Cette seconde édition s'est achevée avec une table-ronde réunissant l'ensemble des intervenants ainsi que M. Anderson Wang, senior scientist chez AstraZeneca (Cambridge, Royaume-Uni).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Le résultat opérationnel du premier semestre 2018 de Soft Computing s'élève à 1...

Publié le 20/09/2018

Comme publié précédemment, Mauna Kea a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 18% à 2,707 ME, principalement imputable au T1, mais avec...

Publié le 20/09/2018

Kerlink, spécialiste et leader mondial des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets (IoT), annonce aujourd'hui que la société a été choisie...

Publié le 20/09/2018

Au 1er semestre 2018, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 1,6 ME en baisse de (0,5) ME par rapport à la même période de l'année...

Publié le 20/09/2018

Balyo annonce le recrutement d'un Directeur Industriel et le déploiement d'un plan de recrutement ambitieux pour accompagner sa croissance...