En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.00 %
4 785.0
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.00 %
DAX PTS
10 788.09
-
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.143
+0.38 %

Et si Nissan rachetait Renault ?

| Boursier | 221 | 3 par 2 internautes

Et si Nissan rachetait Renault ? Alors que l'on évoque régulièrement une montée au capital du groupe nippon par le constructeur français, Alphavalue...

Et si Nissan rachetait Renault ?
Credits Boursier.com

Et si Nissan rachetait Renault ? Alors que l'on évoque régulièrement une montée au capital du groupe nippon par le constructeur français, Alphavalue estime que la destitution éventuelle de Carlos Ghosn de toutes ses fonctions au sein de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi pourrait provoquer un gros bouleversement, voire une prise de contrôle inversée de Renault par Nissan. Le bureau de recherche explique qu'une éventuelle acquisition de Renault par la firme nippone coûterait environ 4 milliards d'euros suite à la chute des titres Nissan et Renault lundi. Mais, l'analyste note qu'en fait, lorsque la valeur de la part de Nissan dans Renault qu'elle détient déjà (environ 2,5 milliards d'euros) et celle de la participation de Renault dans Daimler (environ 0,8 milliard d'euros) sont déduites, l'investissement net en trésorerie est inférieur à 1 milliard d'euros... Une somme qui apparaît modique pour s'offrir le troisième producteur automobile européen.

Reste toutefois un obstacle à surmonter, et pas des moindres : l'Etat français. Avec 15% du capital de Renault et des droits de vote doubles, nul doute que le gouvernement ne laissera pas tomber une des sociétés françaises emblématiques entre des mains étrangères. Emmanuel Macron a d'ailleurs déjà indiqué que l'Etat français sera extrêmement vigilant quant à la stabilité de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et à celle du groupe Renault.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/12/2018

Paris, le 8 décembre 2018, 13h00 COMMUNIQUE de presse Eramet prend des mesures correctives dans le cadre d'une revue des processus qualité au sein de sa branche…

Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 10/12/2018

Basel, 10 December 2018 - Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) today announced that at its December meeting the Board of Directors (BoD) of Roche Holding Ltd decided on first…

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN