En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 505.97 PTS
+0.49 %
5 500.50
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 402.43
+0.36 %
DAX PTS
12 358.10
-0.13 %
Dowjones PTS
26 530.66
+0.15 %
7 586.85
+0.31 %
1.174
-0.17 %

Encore du retard à prévoir pour le Falcon 5X de Dassault

| Boursier | 364 | Aucun vote sur cette news

Le Silvercrest ne donne toujours pas satisfaction...

Encore du retard à prévoir pour le Falcon 5X de Dassault
Credits Reuters

Les motoristes aéronautiques ne sont pas à la fête actuellement, et Safran n'échappe pas aux soucis auxquels sont confrontés ses confères. Le patron de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui intervenait hier aux Etats-Unis lors d'une conférence consacrée à l'aviation d'affaires, a révélé que le Falcon 5X en cours de développement allait connaître de nouveaux retards à cause de problèmes sur le moteur Silvercrest de Safran. En juillet dernier lors de la conférence de présentation des comptes semestriels, l'industriel s'était réjoui du premier vol du 5X le 5 juillet (avec un moteur non définitif), tout en précisant que la procédure de certification débutera en 2018, en vue d'une entrée en service de l'appareil en 2020. Cette fois, il s'agirait d'un problème de compresseur. Lors d'un vol d'essai, le Silvercrest n'a pas réagi de la façon attendue à haute altitude et basse vitesse. La date de 2020 semble désormais à risque.

Le 5X a déjà accumulé beaucoup de retard, puisqu'il aurait dû être certifié en 2016. Cela a valu à Dassault de nombreuses annulations de commandes, ce qui est d'autant plus dommageable que le secteur est en creux de cycle prononcé et que le groupe a investi 1 milliard d'euros dans le développement. Le bimoteur promet la cabine la plus haute et la plus large de l'aviation d'affaires, avec une capacité d'emport de 16 passagers et une autonomie de 9.630 km (avec 8 passagers et 3 membres d'équipage), soit un Londres-Los Angeles ou un Paris-Pékin sans escale.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Plus de 180 appareils seraient concernés pour un total de plus de 18 milliards de dollars...

Publié le 26/09/2018

Orpea progresse gentiment de 0,40% à 113,85 euros, dans le sillage de ses résultats semestriels. Une évolution un peu à l’image de la note qu’Oddo BHF consacre au gestionnaire de maisons de…

Publié le 26/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 26/09/2018

Le résultat net part du groupe de Rothschild & Co a bondi de 66% à 161 millions d’euros au premier semestre et son résultat d’exploitation de 20% à 261 millions d’euros. Les revenus du…

Publié le 26/09/2018

Stratégie bien huilée