En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 908.96 PTS
-0.01 %
4 900.0
-0.03 %
SBF 120 PTS
3 901.15
-0.01 %
DAX PTS
10 954.66
+0.23 %
Dowjones PTS
24 630.97
+0.42 %
6 806.19
+0.62 %
1.134
-0.25 %

En bourse, les ambitions d'Atos contrarient sa filiale Worldline

| Boursier | 570 | 4 par 1 internautes

Le titre poursuit sa baisse à Paris, après le projet d'OPA d'Atos sur Gemalto...

En bourse, les ambitions d'Atos contrarient sa filiale Worldline
Credits Philippe Wojazer / Reuters

Les avis sont toujours partagés sur le marché entre ceux qui pensent que les ambitions de croissance externe de Worldline seront contrariées par la proposition de rachat de Gemalto formulée par la maison-mère Atos, et ceux qui estiment que cela ne change pas vraiment la donne. Oddo BHF a choisi son camp : la force de frappe de Worldline est désormais plus limitée. D'abord, parce que sa manne de cash est plafonnée compte tenu de sa consolidation à 100%, mais aussi parce qu'Atos aura moins de ressources à consacrer à une éventuelle augmentation de capital de sa filiale. Worldline pourrait disposer de 2 MdsE, "quatre fois moins qu'auparavant", avec une part plus importante en titres. Oddo est par ailleurs sceptique sur l'intérêt pour Worldline de reprendre les activités paiement de Gemalto. Par conséquent, l'analyste passe de 48 à 39 euros son objectif et d'achat à neutre sa recommandation.

Chez Gilbert Dupont, on estime que le rôle de Worldline dans l'opération est encore incertain. S'il fallait récupérer des actifs de Gemalto, le "trésor de guerre" de la filiale se retrouverait amputé. Mais le spécialiste a aussi noté qu'Atos souhaite laisser à sa filiale les moyens de participer à la consolidation du secteur. L'analyste recommande toujours d'accumuler le titre, valorisé 42,50 euros.

Sur le marché, Worldline perd encore -1,9% à 37,50 euros, après avoir décroché hier de -6,5%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

SAINT GOBAIN constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put B629S émis par…

Publié le 13/12/2018

Apple a annoncé une expansion majeure de ses opérations à Austin (Texas), y compris un investissement de 1 milliard de dollars pour construire un nouveau campus. La société a également annoncé…

Publié le 13/12/2018

   Article 223-16 du Règlement Général de l'Autorité des marchés financiers     Date Nombre total d'actions composant le capital social Nombre…

Publié le 13/12/2018

La Direction générale de l’armement a passé auprès d’Airbus Defence and Space (groupe Airbus) une commande ferme pour trois avions de ravitaillement et de transport multi-rôle Airbus A330…