En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Emmanuel Macron suit le dossier Nokia de près

| Boursier | 275 | Aucun vote sur cette news

Les syndicats ont été reçus à Bercy...

Emmanuel Macron suit le dossier Nokia de près
Credits Nokia

Les représentants syndicaux de Nokia ont été reçus hier à Bercy par le secrétaire d'Etat à l'Economie Benjamin Griveaux, pour faire le point après l'annonce d'un durcissement du plan social initialement évoqué par le Finlandais, qui porte essentiellement sur les anciens "Alcatel-Lucent", le groupe racheté en 2016. Pour les syndicats, le spécialiste des équipements de télécommunications ne respecte pas les engagements pris lors du rachat d'Alcatel-Lucent auprès d'un certain Emmanuel Macron, alors ministre des finances. Nokia a prévu de supprimer près de 600 postes actuels en France d'ici 2019, contre 441 postes évoqués précédemment. Le groupe a en revanche réitéré son engagement de recruter 500 personnes en R&D.

Mais le compte n'y est pas, selon les représentants du personnel. "Emmanuel Macron doit montrer sa fermeté et faire respecter les engagements qui lui ont été donnés", a souligné le délégué CFDT Pascal Guihéneuf après la réunion, en ajoutant que 300 postes manquent actuellement à l'appel par rapport aux promesses du Finlandais. Si les syndicats paraissent plutôt confiants sur la capacité du gouvernement à imposer un rattrapage des embauches, ils le sont moins sur la question des suppressions de postes additionnelles. Une rencontre entre Benjamin Griveaux et l'entreprise est prévue en début de semaine prochaine, pour préparer une réunion tripartite en fin de mois. Emmanuel Macron, lui, suit le dossier de près, puisqu'il a été impliqué en amont dans le processus et qu'il a tout intérêt à ne pas renier ses engagements.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.