Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 081.44 PTS
+0.23 %
7 083.5
+0.32 %
SBF 120 PTS
5 493.89
+0.26 %
DAX PTS
15 787.93
-0.16 %
Dow Jones PTS
35 719.43
+1.4 %
16 325.66
+3.03 %
1.127
+0.07 %

EDF bondit, les discussions avec Bruxelles sur le nucléaire proches d'aboutir

| Boursier | 3580 | Aucun vote sur cette news

EDF se distingue en ce 11 novembre à la faveur d'un gain de 4,7% à 11,5 euros sur la place parisienne...

EDF bondit, les discussions avec Bruxelles sur le nucléaire proches d'aboutir
Credits Pool New / EDF

EDF se distingue en ce 11 novembre à la faveur d'un gain de 4,7% à 11,5 euros sur la place parisienne. Les discussions entre le gouvernement français et Bruxelles sur une nouvelle réglementation du nucléaire en France sont en voie d'achèvement, a déclaré la ministre de l'Écologie, Barbara Pompili. "Les discussions se poursuivent en vue de parvenir à une solution le plus rapidement possible", a ainsi affirmé Mme Pompili lors d'une audition au Sénat mardi. "Nous sommes en train d'achever les négociations. Je ne peux pas en dire plus".

L'Etat français, qui détient 84% d'EDF, cherche à obtenir l'approbation des autorités européennes pour réformer l'industrie du nucléaire et donner davantage de moyens à l'électricien national. La réglementation actuelle permet à des concurrents comme Total et Engie d'acheter plus d'un quart de la production nucléaire française d'EDF à 42 euros le mégawattheure. Un montant jugé insuffisant par EDF pour financer la maintenance des réacteurs et investir dans de nouveaux. Selon la proposition du gouvernement, EDF vendrait presque 100% de sa production nucléaire sur le marché dans des conditions plus favorables - qui restent à révéler - à la fois à sa propre division de vente d'électricité au détail et à ses rivaux.

Pour EDF, cette réforme est une condition préalable à une éventuelle réorganisation de ses actifs, visant à stimuler les dépenses d'investissement du groupe dans les énergies renouvelables et la mobilité électrique. Selon les informations obtenues par 'Les Echos' il y a un mois, l'un des scénarios désormais envisagés prévoirait une scission du géant français de l'énergie en trois entités, et non en deux, comme il était initialement envisagé par le plan "Hercule". Ce fameux projet, reporté plusieurs fois depuis un an, et qui avait provoqué un mouvement de grève au sein du groupe en septembre et octobre 2019.

Ainsi, les activités de production hydroélectrique d'EDF pourraient également être isolées, formant un 3e pole, qui serait baptisé "EDF Azur". L'objectif serait de "réduire le pouvoir de marché d'EDF", qui possède de fait une très large partie des capacités de production électrique française.

Initialement, le plan prévoyait la création d'une part d'un "EDF Bleu" contrôlé à 100% par l'Etat français et intégrant le nucléaire, les actifs hydrauliques et le transport d'électricité (RTE); et d'autre part d'un "EDF Vert" dont 35% aurait vocation à être introduit en Bourse, et qui comprendrait les énergies renouvelables, Enedis (le gestionnaire du réseau), Dalkia, la direction du commerce, ainsi que les activités d'outre-mer et de la Corse d'EDF.

"La crise économique actuelle renforce la nécessité pour EDF de trouver de nouvelles ressources pour investir dans la transition vers les énergies renouvelables", a souligné la ministre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/12/2021

Apax Partners LLP a annoncé la cession de la participation qu'elle détenait dans Unilabs à la holding danoise A.P. Moller. La transaction, qui devrait être finalisée au premier trimestre 2022,…

Publié le 08/12/2021

Le rebond s'était quand même poursuivi ce matin jusqu'à plus de 7.100 points

Publié le 08/12/2021

Stanley Black & Decker prend de la hauteur avant bourse à Wall Street, alors que le groupe suédois Securitas a annoncé aujourd'hui un accord en vue du...

Publié le 08/12/2021

Altamir annonce la cession de la société Unilabs, qui était détenue via le fonds Apax IX LP...

Publié le 08/12/2021

A compter du 31 janvier 2022, Romain BESSI est nommé Directeur Général de Newen Studios et succède à Bibiane GODFROID...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne