En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
+0.54 %
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
+0.51 %
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.71 %

Carrefour, un avertissement, et alors ?

| Boursier | 593 | 4 par 1 internautes

Le marché semble plus se focaliser ce matin sur la bonne tenue des ventes que sur l'avertissement sur les résultats, qui avait été anticipé...

Carrefour, un avertissement, et alors ?
Credits Reuters

Hier soir, Carrefour a lancé un avertissement sur ses résultats 2017. Difficile de trouver une entrée en matière plus ratée avant la tenue mardi prochain de la conférence consacrée à l'annonce de la nouvelle stratégie du distributeur, concoctée par une équipe de direction largement renouvelée avec l'arrivée aux commandes en juillet dernier d'Alexandre Bompard. Mais paradoxalement, l'action risque de tenir le choc, et pourrait même bien se comporter aujourd'hui. Explications...

En 2017, Carrefour ne dégagera que 2 milliards d'euros de résultat opérationnel courant, a annoncé hier soir le distributeur. C'est très faible pour un groupe dont le chiffre d'affaires annuel a atteint 88,24 MdsE. C'est un peu moins que ce qui était prévu et c'est inférieur de 15% au niveau réalisé en 2016. Mais le consensus était déjà positionné sur ce niveau. Le cash-flow libre hors exceptionnels se situera autour de 950 ME, a également indiqué le management, alors qu'il espérait jusque-là le maintenir au niveau de celui de l'année précédente (1,04 MdE). Mais le quatrième trimestre a, contre toute attente, montré des signes d'embellie dans les hypermarchés, dont les revenus ont progressé de 0,7% en glissement annuel, alors que le marché craignait une stagnation, tandis que les supers étaient en hausse de 1% (consensus -0,5%). Une dynamique à relativiser, selon James Grzinic, chez Jefferies, qui explique que l'enseigne a bénéficié d'un gros effort promotionnel concentré sur le quatrième trimestre alors qu'il avait été démarré dès le troisième trimestre lors du précédent exercice. "Les ventes ont cessé de se dégrader", commente de son côté Bruno Monteyne (Bernstein),

Un rendez-vous hyper important

Il n'empêche, les signaux sont plutôt encourageants, selon certains analystes. Evidemment, cela ne gommera pas totalement la déflation au Brésil, les contreperformances en Italie et en Espagne ou les déboires d'une partie de l'ancien parc Dia France, mais les hypers sont le véritable baromètre de Carrefour, et ce sursaut de fin d'année est porteur d'espoirs. De toute façon, c'est bien la case du 23 janvier qui reste cochée. On peut imaginer que le nouveau PDG va "charger la barque" pour repartir sur de bonnes bases. Mais une partie de l'exercice reposera aussi sur le talent de communication du plan, car il ne devrait pas y avoir d'effet de surprise dans la mesure où les grands éléments du plan semblent avoir déjà fuité. Les rumeurs se sont déportées récemment sur l'avenir de certaines filiales étrangères. 'Le Figaro' révèle ce matin que le distributeur aurait proposé sa filiale chinoise à Auchan et son allié Alibaba, ce que Carrefour dément. Mais la réunion de la semaine prochaine ne devrait pas, encore, aborder la question des cessions d'envergure.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…