Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 673.10 PTS
-
6 673.00
-
SBF 120 PTS
5 219.77
-
DAX PTS
15 474.47
-0.72 %
Dow Jones PTS
35 258.61
-0.1 %
15 300.89
+1.02 %
1.163
+0.18 %

Carrefour : et maintenant ?

| Boursier | 681 | 2 par 2 internautes

En hausse à l'ouverture, Carrefour évolue désormasi dans le rouge après les dernières révélations du week-end...

Carrefour : et maintenant ?
Credits Reuters

En hausse à l'ouverture, Carrefour évolue désormais dans le rouge après les dernières révélations du week-end. Alors que des bruits de couloir récents faisaient état d'un éventuel rachat d'Auchan par Carrefour, c'est finalement ce dernier qui a refusé d'être repris par la famille Mulliez. Si 'Bloomberg' a dans un premier temps évoqué une offre jugée trop basse ainsi que la structure de l'opération envisagée, le quotidien 'Les Echos' ajoute qu'Alexandre Bompard aurait aussi "buté sur la difficulté à estimer la valeur des actifs d'un groupe familial non coté".

Proposant initialement une fusion avec le géant de la distribution, la famille Mulliez aurait finalement opté pour une offre publique d'échange afin de satisfaire les actionnaires de Carrefour. En vain. Un prix de 21,50 euros par action Carrefour aurait été avancé, dont plus de 70% en numéraire et un peu moins de 30% en actions Auchan. Le tout valorisant Carrefour à 16,5 milliards d'euros, quand le distributeur en valait 12,6 milliards vendredi à la clôture.

Au total, le journal croit savoir que "cinq ou six versions du projet ont été imaginées au cours des cinq mois de discussions". Des mois de négociations qui n'auront donc débouché sur aucun accord tandis qu'un passage en force du groupe nordiste ne semble pas d'actualité : "les Mulliez pensaient avant tout au projet industriel et estiment qu'il n'est pas possible de le faire aboutir de façon inamicale", confie une source du quotidien. "Les discussions exploratoires entre Carrefour et Auchan sur différents scénarios de consolidation sont désormais terminées", croit également savoir une source de 'Reuters'.

Pour Fabienne Caron, analyste chez Kepler Cheuvreux, un rapprochement entre Carrefour et Auchan ne faisait aucun sens. Les deux "ne feront pas un champion" car il y a "trop de problèmes", estime la spécialiste. Auchan est plus petit et "se bat" en France, avec une direction qui change constamment.

Malgré cet échec, ce nouvel épisode montre que l'industrie est prête pour une consolidation même s'il faudra sans doute patienter encore un peu. Si le secteur semble théoriquement mûr, Bryan Garnier n'attend ainsi pas d'opération majeure dans les 12 à 18 mois. Aucun grand distributeur alimentaire, y compris Casino, n'est réellement à vendre pour le moment, et les "fusions entre égaux" sont trop complexes, le poids des rassemblements d'indépendants n'aide pas tandis que les barrières politiques restent trop élevées avant les élections présidentielles de 2022.

D'ici 18 mois, les planètes devraient vraiment être alignées avec les élections passées et certains détaillants alimentaires intégrés tels que Auchan et Casino, en difficultés, devenant vraiment disposés à vendre/fusionner avec d'autres à des conditions plus raisonnables, ce qui n'est pas le cas pour le moment, ajoute le spécialiste.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2021

Carmila reçoit, cette année, deux EPRA Gold Awards niveau Gold et se hisse en tête du classement du GRESB sur la partie Développement...

Publié le 18/10/2021

Gecina progresse au classement GRESB avec une note globale de 93/100...

Publié le 18/10/2021

L'analyste de la banque britannique Kannan Venkateshwar est ainsi passé de surpondérer (achat) à neutre (conserver) sur Disney, avec un objectif de cours revu de 210$ à 175$.

Publié le 18/10/2021

Cette cession est conditionnée à l'obtention de l'approbation de la Commission fédérale des maisons de jeu...

Publié le 18/10/2021

Assystem réduit de 200 kE les moyens en numéraire affectés au contrat de liquidité...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne