En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-4.23 %
4 311.50
-4.97 %
SBF 120 PTS
3 414.93
-4.22 %
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Bourses : les indices plongent avec le pétrole, Milan chute de 9%

| Boursier | 818 | Aucun vote sur cette news

Les marchés européens chutent lourdement ce lundi, pris en tenaille entre la crise sanitaire internationale qui s'étend rapidement et la chute...

Bourses : les indices plongent avec le pétrole, Milan chute de 9%
Credits Reuters

Les marchés européens chutent lourdement ce lundi, pris en tenaille entre la crise sanitaire internationale qui s'étend rapidement et la chute historique de 30% du prix du pétrole déclenchée par le clash entre la Russie et l'Arabie saoudite, incapables de s'entendre sur le niveau de production mondiale de brut.
La plus forte baisse revient logiquement à la Bourse de Milan qui plonge de 9% actuellement, alors que le nord du pays semble débordé par l'avancée rapide de l'épidémie de coronavirus, suivie de la Bourse d'Oslo, en repli de 7,5%, toujours sensible aux cours du brut. Le CAC40 à Paris perd 6% à l'image de la bourse de Londres. Les reculs sont de l'ordre de 5% à Francfort et Madrid et de 4% à Dublin et Zurich.

Les places asiatiques avaient ouvert le bal ce matin en chutant lourdement avec des écarts qui se sont répartis de -3% à Shanghai, jusqu'à -7,3% à Sydney. La baisse moyenne est ressortie de l'ordre de -4 à -5% à Bombay, Tokyo, Hong Kong, Seoul et un peu plus forte à Singapour (-6%).
Mais le décrochage le plus spectaculaire a été ce jour celui du pétrole qui a dégringolé de quelque 30%, avec un baril de brent qui est retombé brutalement sur la zone des 30$ après l'échec des négociations entre l'Opep et la Russie sur le niveau de production pour tenter de contrebalancer les effets économiques dévastateurs du coronavirus dans le monde...

Malgré un sursaut actuellement en matinée à 36,60$ le Brent, les cours du pétrole reviennent ainsi au plus bas depuis le début 2016, après l'annonce d'un échec de la réunion de l'Opep+. Après de longues tractations, la Russie a finalement repoussé la proposition de l'Opep, emmenée par l'Arabie saoudite, qui avait recommandé aux pays de l'alliance dite Opep+ de prolonger leur accord jusqu'à la fin 2020, et d'abaisser leur production commune de 1,5 million de barils par jour supplémentaires.
En Bourse de Paris, les sanctions vont de -12% sur Total à -32% sur CGG sur les valeurs pétrolières, en passant par -18% sur Technip et Vallourec.

Clash sur le baril

Ce week-end, l'Arabie saoudite a dans la foulée de ce clash réduit drastiquement le prix de vente officiel pour le mois d'avril de toutes ses qualités de brut vers toutes les destinations. Le groupe pétrolier saoudien Saudi Aramco a ainsi fixé son prix de vente officiel pour le baril de brut léger à destination de l'Asie pour le mois d'avril à 3,10 dollars de moins que la moyenne d'Oman/Dubaï, soit une baisse de 6 dollars le baril par rapport au mois de mars.
Le groupe a aussi ramené le prix de vente du baril de pétrole brut léger vers les Etats-Unis pour avril à 3,75 dollars de moins par rapport à l'ASCI, en baisse de 7 dollars le baril par rapport à mars. Le prix de vente du baril de brut léger à destination de l'Europe du Nord et de l'Ouest a été fixé à 10,25 dollars de moins que la référence de l'Ice Brent, en baisse de 8$ le baril sur un mois.

Vendredi, l'entente qui prédominait depuis trois ans entre l'Opep et la Russie a donc volé en éclats du fait de l'opposition de Moscou à une nouvelle réduction de la production de pétrole pour enrayer la baisse des cours due à l'épidémie de coronavirus. Le cartel, qui souhaitait une baisse supplémentaire de 1,5 million de barils par jour jusqu'à la fin 2020, a riposté en supprimant toutes les limites à sa propre production...

L'euro retrouve les 1,14/$

Les investisseurs continuent pendant ce temps de se ruer sur les obligations d'Etat, envoyant les taux des emprunts d'Etat américains à de nouveaux plus bas historiques autour des 0,5 pt. Le dollar poursuit sa chute, avec un euro qui retrouve le niveau des 1,14/$ ce matin, sur l'anticipation d'un nouveau geste d'assouplissement monétaire rapide de la Réserve Fédérale, qui a déjà piloté une baisse de taux d'un demi-point mardi dernier en urgence.
L'or qui a progressé brièvement au-delà des 1700$ l'once dimanche soir, revient ce lundi sur les 1.665$ sur des prises de profits.

A Wall Street vendredi soir, les indices avaient paradoxalement réduit leurs pertes pendant la dernière demi-heure de cotation, après avoir chuté de 2,5% à 3% en séance... L'indice Dow Jones a perdu 0,98% à 25.864 points, tandis que l'indice large S&P 500 a cédé 1,71% à 2.972 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a corrigé de 1,87% à 8.575 pts.
L'indice VIX mesurant la volatilité (aussi appelé "l'indice de la peur") continue d'évoluer au plus haut depuis la crise financière de 2008. Le Vix avait culminé à environ 70 en octobre 2008, juste après la faillite de la banque Lehman Brothers, qui avait déclenché la crise financière...

La dégradation dramatique de la situation sanitaire en Italie inquiète désormais les places financières, alors que les nouvelles en provenance des Etats-Unis ne sont pas encourageantes non plus devant la propagation rapide du coronavirus qui a désormais infecté plus de 100.000 personnes dans le monde...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

Xilam Animation présente les mesures prises par la société dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19...

Publié le 27/03/2020

Le groupe Vicat a annoncé que les perspectives 2020, présentées le 14 février 2020 dans le cadre des résultats 2019, devront désormais être revues en fonction du potentiel impact du Covid-19…

Publié le 27/03/2020

Delfingen a publié un résultat net part du groupe en hausse de 48% à 8,5 millions d'euros pour l'exercice 2019. L'EBITDA ressort à 28,4 millions d'euros (+58%) dont +5,2 millions d'impact des…

Publié le 27/03/2020

Le résultat net, intégrant 3,8 ME de charges exceptionnelles additionnelles, s'élève à -24,4 ME

Publié le 27/03/2020

EssilorLuxottica a annoncé qu'au vu de l'évolution de l'épidémie de Covid-19 et de la probable incertitude prolongée qu'elle engendre, la société a décidé d'arrêter l'exécution de son…