En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 381.48 PTS
+0.33 %
5 378.5
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 318.88
+0.21 %
DAX PTS
12 185.60
+0.23 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.00 %
1.169
+0.19 %

Barclays ne croit pas à une chute des marchés en cas de destitution de Donald Trump

| Boursier | 127 | Aucun vote sur cette news

L'économie prime sur les décisions à Washington...

Barclays ne croit pas à une chute des marchés en cas de destitution de Donald Trump
Credits Reuters

Barclays n'est pas du tout d'accord avec le président Trump. Fin août, lors d'un entretien accordé à 'Fox News', le locataire de la Maison Blanche avait affirmé que les marchés risquaient d'être fortement chahutés s'il venait à être destitué : "Si jamais j'étais destitué, je pense que les marchés s'effondreraient... et que chacun deviendrait très pauvre".

L'économie mondiale au-dessus de la Maison Blanche

William Hobbs, responsable de la stratégie d'investissement chez Barclays Investment Solutions à Londres, n'y croit guère: "Nous doutons que les marchés des capitaux s'effondrent si l'administration du président Trump était mise en danger, que ce soit sur le plan électoral ou juridique... L'évolution de l'économie mondiale, et donc de ses marchés de capitaux, n'a rien à voir avec les actions de la Maison Blanche, passées, présentes ou futures, à notre avis".

L'histoire en exemple

L'expert cite également en exemple les enquêtes visant les anciens présidents Bill Clinton et Richard Nixon. Ces dernières montrent que l'état de l'économie a défini la direction du marché, et non les problèmes juridiques des dirigeants. Dans le cas de Nixon, la crise pétrolière et la récession ont frappé les marchés actions et obligataires avant sa démission, tandis que lors du scandale Clinton-Lewinsky, les places boursières ont continué à grimper, alimentées par la bulle Internet.

En février, Barclays avait déjà souligné que le "rallye Trump" sur les actions américaines avait d'abord pour origine la période précédant l'élection présidentielle de 2016 et qu'il reposait sur des facteurs économiques tels que la reprise du pétrole et la politique plus souple en Chine.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Les marchés actions européens progressent dans le sillage de la clôture positive de Wall Street. Les investisseurs ont bien digéré le nouveau chapitre de la guerre commerciale que se livrent la…

Publié le 19/09/2018

Engie est sous pression à la mi-journée, en retrait de 2% à 12,2 euros, sur un plancher de 18 mois...

Publié le 19/09/2018

Par courrier reçu le 17 septembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 19 septembre, la société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius...

Publié le 19/09/2018

A tort ou à raison ?

Publié le 19/09/2018

Par courrier reçu le 18 septembre 2018 par l'AMF, la société Slate Path Capital LP (Dover, Delaware Etats-Unis), agissant pour le compte de fonds dont...