En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 802.26 PTS
-
4 753.00
-
SBF 120 PTS
3 799.63
-
DAX PTS
12 642.97
-
Dow Jones PTS
26 763.13
-1.92 %
10 833.33
+0. %
1.165
-0.04 %

Asie : Tokyo et Shanghai hésitent

| Boursier | 196 | Aucun vote sur cette news

La tendance est hésitante ce mardi dans la zone Asie-Pacifique, à l'image de la bourse de Tokyo et de Shanghai qui stagnent, tandis que Bombay monte...

Asie : Tokyo et Shanghai hésitent
Credits Reuters

La tendance est hésitante ce mardi dans la zone Asie-Pacifique, à l'image de la bourse de Tokyo et de Shanghai qui stagnent, tandis que Bombay monte de 0,4%, Taiwan prend 0,7% et Seoul progresse de 1,2%. Hier soir, la Bourse de New York a aussi commencé la semaine en ordre dispersé, les investisseurs reprenant leur souffle après les records historiques inscrits vendredi par le S&P 500 et le Nasdaq. Ce dernier a cependant terminé sur un nouveau record, grâce notamment à Apple et Tesla. La cote a été animée par le plus important remaniement au sein du DJIA depuis 2013, avec le remplacement d'Exxonmobil (-1,8%), Pfizer (-0,37%) et Raytheon (-2,1%) par Salesforce (+0,6%), Amgen (stable) et Honeywell (-1,7%). Apple (+3,3%) et Tesla (+12,5%) ont encore nettement progressé à la faveur des "splits" de leurs titres qui ont pris effet lundi.
A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,78% à 28.430 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,22% à 3.500 pts et que le Nasdaq Composite a encore grimpé de 0,68% à 11.775 pts, signant donc nouveau record.

Le mois d'août s'est globalement achevé sur une forte progression pour les trois indices boursiers américains : +7,6% pour le Dow Jones et +7% pour le S&P 500 (leur meilleurs mois d'août depuis... 1984) et +8% pour le Nasdaq. Depuis le début de l'année, le Dow Jones est désormais quasiment stable (-0,4%), le S&P 500 a gagné 8,3% et le Nasdaq a flambé de plus de 30%, après avoir chuté d'autant en mars-avril, sous l'effet de la crise sanitaire.
Les marchés pourraient désormais connaître de nouvelles secousses au cours de l'automne au gré de la campagne électorale à couteaux tirés entre Donald Trump et Joe Biden à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre.
En attendant, le climat d'optimisme reste dominant à Wall Street, les marchés tablant sur la mise au point d'un vaccin anti-coronavirus et pariant sur une mise en oeuvre de l'accord commercial avec la Chine, malgré les tensions récurrentes, notamment au sujet de l'avenir de l'application TikTok aux Etats-Unis.

Tokyo s'agite

Le conseil général du Parti libéral démocrate (PLD) au pouvoir au Japon a décidé ce mardi à l'unanimité que le prochain dirigeant du parti, qui devrait vraisemblablement devenir Premier ministre, serait choisi lors d'un vote au format simplifié afin de gagner du temps... Une procédure normale nécessiterait deux mois de préparation et aurait un impact budgétaire et sur les décisions liées à la crise sanitaire du coronavirus, a expliqué le président du conseil général du PLD, Shunichi Suzuki, lors d'un point de presse à l'issue d'une réunion du conseil.

Shinzo Abe a annoncé vendredi qu'il quittait ses fonctions, citant des raisons de santé. Le PLD doit désigner le successeur d'Abe à la tête du parti le 14 septembre, et le vainqueur devrait en principe être nommé ensuite Premier ministre du fait de la majorité parlementaire dont dispose le PLD.
D'après des informations de la télévision publique NHK mardi, la principale faction du PLD soutient la candidature de l'actuel secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, lieutenant de longue date de Shinzo Abe. Suga n'a pas annoncé publiquement sa candidature à la succession d'Abe, mais il a fait savoir en privé qu'il allait se porter candidat, a dit une source à Reuters. Plusieurs médias locaux ont rapporté que Suga avait prévu d'officialiser mercredi sa candidature et d'annoncer son intention de poursuivre la politique engagée par Shinzo Abe, notamment en matière économique.
L'ancien ministre de la Défense, Shigeru Ishiba, et l'ancien ministre des Affaires étrangères, Fumio Kishida, ont aussi fait part de leur intention de se porter candidats.

Les investisseurs estiment qu'un gouvernement Suga laisserait supposer une continuation des politiques économiques, fiscales et réformatrices de Shinzo Abe, surnommées les "Abenomics".
En Bourse, les actions des groupes télécoms ont corrigé, Yoshihide Suga souhaitant depuis longtemps réduire les tarifs de la téléphonie mobile, tandis que les titres liées aux voyages ont progressé, le secrétaire général du gouvernement japonais ayant déclaré la semaine dernière qu'il voulait promouvoir le tourisme pour remettre l'économie du pays sur pied.

En Asie, plus globalement, la reprise s'est poursuivie en août. Au Japon, la production industrielle a grimpé plus que prévu en juillet, de 8% contre 5% attendu par le consensus, grâce à un rebond du secteur automobile. En revanche, les ventes au détail japonaises ont décliné de 2,8% contre -1,7% de consensus. L'indice de confiance des consommateurs au Japon a battu le consensus. Les mises en chantier de logements locales ont décliné un peu moins que prévu...

L'activité des services en Chine est montée à 55,2 pour l'indice non-manufacturier contre 54 de consensus, tandis que l'activité manufacturière a atteint 51, en ligne avec les attentes.

Dollar en berne

Le marché pétrolier a commencé prudemment la semaine : le contrat à terme d'octobre sur le baril de brut léger américain (WTI) est revenu à 43$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance novembre pointe à 45,80$ le baril. Sur l'ensemble du mois d'août, le WTI a gagné 5,6% et le Brent a pris 4,6%, dans l'espoir d'une reprise de la demande pétrolière à la faveur du rebond de l'économie mondiale, malgré la persistance de la pandémie de coronavirus.

Sur le marché des changes, le dollar confirme son accès de faiblesse de la semaine passée, après les déclarations très accommodantes du président de la Fed, Jerome Powell, à la réunion annuelle des banquiers centraux. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, a cédé lundi 0,17% à 92,21 points, et a lâché près de 1,5% depuis 10 jours. L'euro monte encore ce matin à 1,1990/$. Au symposium de Jackson Hole tenu par visioconférence cette année, Jerome Powell a livré le 27 août la nouvelle stratégie monétaire de long terme de la Fed. La banque centrale a adopté une vision plus flexible de l'inflation (même si son objectif à long terme reste de 2%), et elle entend se concentrer sur le taux de chômage et le soutien à l'économie. La Fed est ainsi prête à laisser l'inflation dépasser temporairement l'objectif de 2%, et se tient prête à accentuer si nécessaire sa politique accommodante afin de relancer l'économie. Une position qui pourrait augurer de périodes de taux d'intérêt bas extrêmement longues...

Lundi, le vice-président de la Fed, Richard Clarida, a renforcé ces attentes de taux bas pour une période prolongée, en insistant sur la nouvelle approche de l'inflation par la Fed. Il a notamment affirmé qu'un retour à un taux de chômage bas ne serait pas une condition suffisante pour justifier d'un changement de politique monétaire...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
#}
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2020

Le Conseil d'administration de Suez s'est réuni pour tenter de trouver une parade au projet de fusion de Veolia...

Publié le 24/09/2020

STMicroelectronics publie une mise à jour concernant la distribution de son dividende en numéraire.

Publié le 24/09/2020

Le résultat net part du Groupe Solutions 30 atteint 10,5 ME...

Publié le 23/09/2020

Sur l'exercice, les ventes de Trigano sont baisse de -6,2% à 2,183 MdsE...

Publié le 23/09/2020

Le taux d'intérêt moyen de la dette bancaire ressort à 1,54%

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne