En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 569.67 PTS
-0.03 %
4 563.00
-0.08 %
SBF 120 PTS
3 624.38
+0.01 %
DAX PTS
11 598.07
+0.32 %
Dow Jones PTS
26 659.11
+0.52 %
11 350.74
+1.87 %
1.167
+0.02 %

Asie : le rouge est mis

| Boursier | 189 | Aucun vote sur cette news

La baisse l'emporte sur un large front ce mercredi, avec un retrait de 1,1% à Seoul, une baisse de 0,8% à Shanghai, de 0,4% à Taiwan, alors que Bombay...

Asie : le rouge est mis
Credits Reuters

La baisse l'emporte sur un large front ce mercredi, avec un retrait de 1,1% à Seoul, une baisse de 0,8% à Shanghai, de 0,4% à Taiwan, alors que Bombay recule de 0,6%, Hong Kong de -0,1% et Sydney de -0,3%. Seule la bourse de Tokyo progresse timidement de 0,1%. Hier soir, les actions américaines ont marqué une pause, alors que les négociations en vue d'un nouveau plan de soutien à l'économie US semblent dans l'impasse. Apple (-2,65%) a pesé sur la cote, après l'annonce de son nouvel iPhone 12, qui avait été largement anticipé... Les cours des banques ont aussi reculé après des résultats trimestriels pourtant meilleurs que prévu de Citigroup (-4,8%) et de JP Morgan (-1,6%), qui n'ont cependant pas rassuré les marchés sur l'avenir du secteur et sur la reprise économique, dans un environnement encore très marqué par la pandémie de coronavirus.
A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,55% à 28.679 points, tandis que l'indice large S&P 500 a relâché 0,63% à 3.511 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a fléchi de 0,10% à 11.863 pts.

Suspension d'essais cliniques concernant le coronavirus

Les nouvelles sanitaires restent largement plombées des deux côtés de l'Atlantique et les espoirs en provenance des laboratoires ont été douchés par les annonces décevantes de
Johnson & Johnson qui a dû suspendre l'essai de phase 3 de son candidat vaccin contre le Covid-19, un patient étant tombé gravement malade. Par ailleurs, le laboratoire Eli Lilly a chuté de 2,85% après avoir annoncé la suspension de l'essai clinique de son traitement expérimental aux anticorps contre le Covid-19, pour des raisons de sécurité non détaillées.
Ces annonces ont contribué à la morosité ambiante, qui sont portés par l'espoir que les laboratoires parviendront à mettre au point un vaccin et des traitements efficaces contre le coronavirus. L'amélioration durable de la situation sanitaire est considérée comme cruciale pour une reprise économique solide aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde... Or, l'épidémie est loin d'être endiguée, notamment en Europe, où de nombreuses mesures de restrictions ont dû être prises ces dernières jours face à une résurgence des cas de Covid-19.

Tensions autour de Taiwan

Les investisseurs ont aussi été rendus prudents par un regain des tensions entre Washington et Pékin au sujet de ventes d'armes américaines à Taïwan. Selon l'agence 'Reuters', la Maison Blanche a avancé sur les ventes de trois armes de pointe à Taiwan, en envoyant ces derniers jours au Congrès US une notification de ces contrats pour approbation. Ces démarches interviennent quelques jours après que Pékin a organisé le 10 octobre des manoeuvres militaires de grande ampleur, sur terre, mer et dans les airs, le long de ses côtes, face à Taiwan, agitant le spectre d'un futur débarquement sur cette île dont la Chine ne reconnaît pas l'indépendance...

Un plan de relance US qui joue l'Arlésienne

Après avoir progressé ces dernières semaines dans l'espoir d'un accord bipartisan aux Etats-Unis pour un nouveau plan de soutien de l'économie face à la pandémie, les marchés commencent à sérieusement douter par ailleurs d'une issue favorable avant les élections américaines du 3 novembre, c'est-à-dire dans 3 semaines jour pour jour...
Mardi, la présidente de la Chambre des représentants, la Démocrate Nancy Pelosi, a exhorté l'administration Trump a revoir sa copie après que la Maison Blanche a proposé le week-end dernier un plan de 1.800 milliard de dollars, qui semblait pourtant s'approcher du plan démocrate portant sur un "package" de 2.200 Mds$.

Quant au Sénat, son président républicain, Mitch McConnell, a quant à lui proposé une enveloppe minimaliste... Il s'est contenté de proposer de soumettre au vote la semaine prochaine un texte portant uniquement sur le financement du chômage technique ("Paycheck Protection Program") dans les PME. Le projet a été rejeté par les Démocrates, mais aussi par le président Trump, qui a tweeté mardi matin : "Voyez grand ou rentrez chez vous!!" ("Go big or go home!!") On semble donc encore loin d'un compromis susceptible d'être voté par les deux chambres et validé par le président Trump.

En attendant, Donald Trump, qui n'est plus positif au Covid-19, est reparti en campagne électorale avec une énergie décuplée. Il a prévu de tenir 4 meetings de campagne cette semaine, dont le premier lundi soir à Sanford, en Floride, a été l'occasion pour lui d'assurer qu'il se sentait "puissant" et "immunisé" contre le coronavirus. "J'en ai désormais terminé. Ils disent que je suis immunisé. Je me sens si puissant", a notamment déclaré le président.
Donald Trump reste largement devancé, de 10 à 12 points dans les sondages nationaux, par son rival démocrate Joe Biden. Mais compte-tenu du mode de scrutin indirect de l'élection présidentielle américaine, les prévisions des sondages nationaux ne se traduisent pas forcément de la même manière en termes de grands électeurs dans chacun des 50 Etats américains. Le match entre les deux candidats à la Maison Blanche conserve donc son suspense, et Donald Trump reste d'autant plus confiant qu'en 2016, il était également en retard dans les sondages sur Hillary Clinton..

Le Brexit dans l'impasse

Autre sujet de préoccupation pour les marchés, les négociations du Brexit semblent dans l'impasse, à deux jours de la date butoir du 15 octobre fixée par le Royaume-Uni pour un parvenir à un accord, faute de quoi Boris Johnson se dit prêt à un Brexit "dur", sans accord.

Sur le front économique ce jour, l'indice des prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois de septembre 2020 est ressorti en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus. Hors alimentation et énergie, le CPI a également progressé de 0,2% par rapport au mois d'août, ce qui ressort ici encore en ligne avec les attentes. En glissement annuel, par rapport à septembre 2019, le CPI a progressé de 1,4% (+1,7% hors alimentaire et énergie).

Le pétrole rebondit

Le pétrole a rebondi hier, le contrat de novembre sur le baril de brut léger américain (WTI) reprenant 2% à 40,20$ sur le Nymex, après une rechute de 2,9% lundi. Le Brent remonte à 42,25$. La semaine dernière, les deux variétés de pétrole avaient progressé de plus de 9% sur la semaine (+9,6% pour le WTI, +9,1% pour le Brent), profitant des espoirs de plan de relance aux Etats-Unis.
L'or a corrigé à 1.892$ pour le contrat à terme de décembre sur le Comex, mais conserve une avance de 25% depuis le début de l'année.
Sur le marché des changes, l'euro revient à 1,1745$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/10/2020

Le Conseil d'administration de Total SE, réuni le 29 octobre, a décidé de soumettre à l'Assemblée générale des actionnaires du 25 mai 2022 qui...

Publié le 29/10/2020

Le Conseil d'administration va compterait 42% de femmes et 67% d'administrateurs indépendants...

Publié le 29/10/2020

Quadient obtient le statut "Prime" d'ISS ESG pour son engagement en matière de responsabilité sociétale d'entreprise...

Publié le 29/10/2020

Au 3e trimestre 2020, le chiffre d'affaires de Guillemot Corporation progresse de 85% à 39,3 millions d'euros...

Publié le 29/10/2020

Le carnet de commandes recule mais reste ferme avec 39 mois d'activité sécurisés...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne