En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 879.5
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
-0.01 %

Après Air Berlin, Lufthansa espère croquer une partie d'Alitalia

| Boursier | 300 | Aucun vote sur cette news

Lufthansa a une faim de loup...

Après Air Berlin, Lufthansa espère croquer une partie d'Alitalia
Credits Reuters

Lufthansa a une faim de loup. Après avoir repris la majorité des actifs de son concurrent allemand en faillite, Air Berlin, la compagnie membre de StarAlliance aurait décidé de passer à l'attaque sur le dossier Alitalia. Selon le 'Corriere della Sera', Lufthansa aurait proposé 500 millions d'euros pour reprendre des avions, des créneaux ainsi que le personnel navigant d'Alitalia. Lufthansa veut aussi réduire de moitié les effectifs d'Alitalia, qui compte 12.000 salariés, et alléger le réseau des vols court et moyen-courriers. Le quotidien transalpin ajoute que sa proposition sera vraisemblablement rejetée par les administrateurs chargés de gérer la compagnie aérienne en attendant sa vente.

Carsten Spohr, le patron de Lufthansa, avait indiqué la semaine passée ne pas être intéressé par Alitalia dans sa forme actuelle mais qu'il répondrait présent s'il existait une opportunité de créer une nouvelle Alitalia. La compagnie italienne a été placée sous tutelle en raison de ses difficultés financières et est à la recherche d'investisseurs. "La question ne se pose pas avec une Alitalia sous sa forme actuelle", a dit Carsten Spohr. "Mais s'il existait l'opportunité de créer une nouvelle Alitalia, alors Lufthansa, en tant que première compagnie européenne, aimerait en discuter".

Alors que la date butoir pour les offres de reprise de la compagnie italienne avait été repoussée au 5 novembre, le gouvernement a finalement repoussé ce week-end la deadline au 30 avril 2018. Une rallonge de 300 ME du prêt-relais de 600 ME accordé en mai a par ailleurs été décrétée afin que la compagnie puisse continuer à opérer normalement cet hiver.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...